Grammaire égyptienne Jean-François Champollion

(Code: GRAMMAIREGYPTIENNE)
60,00 EUR
Ajouter au Panier
Grammaire égyptienne Jean-François Champollion

TITRE : Principes généraux de l’écriture sacrée égyptienne appliquée à la représentation de la langue parlée

AUTEUR(S) : Jean-François Champollion

ÉDITEUR : Éditions de l’Institut d’Orient

ANNÉE : 1984 pour l’édition originale, 1990 pour la présente édition

FORMAT : 20 cm x 32 cm

NOMBRE DE TOMES : 1

NOMBRE DE PAGES : VII + XXIII + 555

ILLUSTRATIONS : oui, hiéroglyphes en noir et en couleurs, certaines illustrations hors-texte en double page, in et hors-texte

RELIURE : reliure pleine toile éditeur de couleur écrue, tranchefile, motifs en creux sur le 1er plat,titre auteur éditeur en caractères en creux de couleur marron sur le dos, sous emboitage illustré couleurs

JAQUETTE : non

SIGNET : non

RHODOÏD : non

PARTICULARITÉS : sous emboitage, sur vélin pur coton des papeteries de Lana

ÉTAT : bel état,  petites taches sur le dos, emboitage en état d’usage,ouvrage bien solide pouvant être manipulé sans crainte

THÈMES : sciences et techniques,Antiquité, Égypte, linguistique, hiéroglyphes

 

SUR LE LIVRE

 

Grammaire égyptienne ou principes généraux de l’écriture sacrée égyptienne appliquée à la représentation de la langue parlée par Champollion le Jeune ; publiée sur le manuscrit autographe, par l’ordre de M. Guizot, ministre de l’Instruction Publique.

 

« Grammaire égyptienne » est un ouvrage posthume de Jean-François Champollion paru en France en 1836. Son titre complet est « Grammaire égyptienne ou Principes généraux de l'écriture sacrée égyptienne appliqué à la présentation de lal angue parlée ».

 

Jean-François Champollion entame l'écriture de sa « Grammaire » à son retour en France en 1830, mais meurt en 1832 sans avoir pu l'éditer. C'est son frère, Jacques-Joseph Champollion, qui se chargera de son édition en 1836. Le lithographe bruxellois Marcellin Jobard affirme avoir conseillé à Champollion l'usage de la lithographie pour l'impression de la « Grammaire égyptienne ».L'impression combine lithographie et typographie, avec des procédés de report sur pierre lithographique améliorés par Jules Feuquières, employé par l'atelier lithographique parisien de Charles Motte, qui assure la partie lithographique de l'impression.

 

Cet ouvrage allait de pair avec le « Dictionnaire égyptien en écriture hiéroglyphique » également inachevé et publié par son frère à titre posthume en 1841. Le but était de créer une méthode complète d'apprentissage de l'écriture hiéroglyphique.

 

On retrouvera successivement 

 

→ Une note de Michel Sidhom

→ Une préface de la nouvelle édition de 1984 de Christiane Ziegler (Agrégée de l’Université,Conservateur au département des Antiquités Égyptiennes du Musée du Louvre)

→ La réédition du livre originel dans l’édition de 1836

 

Détail de la table analytique de la grammaire égyptienne

 

→ Noms,formes et dispositions des caractères sacrés

→ De l’expression des signes, de leurs différentes espèces et de leur lecture

→ De la représentation des noms communs de la langue orale

→ Des signes déterminatifs des noms communs

→ Des noms propres et de leurs déterminatifs

→ Des marques de la pluralité

→ Des articles

→ Rapports des noms

→ Des mots et des signes qui servent à la numération

→ Des pronoms

→ Des adjectifs

→ Des verbes et de la conjugaison

→ Des particules

→ Supplément à la grammaire égyptienne

→ Divisions de tableau (corps célestes, formes humaines, membres humains, quadrupèdes,oiseaux, insectes, reptiles, poissons, végétaux, objets de costume, meubles armes et insignes, vases et ustensiles, instruments d’arts et métiers, édifices produits de l’art constructions)

→ Table analytique de la grammaire