Le cimetière Saint-Saturnin à Blois Éditions du Jardin de la France 1923

(Code: CIMETIERESTSATURNIN)
30,00 EUR
Ajouter au Panier
Le cimetière Saint-Saturnin à Blois Éditions du Jardin de la France 1923

TITRE : Le cimetière de Saint-Saturnin à Blois

AUTEUR(S) : Docteur F. Lesueur

ÉDITEUR : Éditions du Jardin de France à Blois (département du Loir-et-Cher)

ANNÉE : 1923

FORMAT : 19 cm x 28 cm

NOMBRE DE TOMES : 1

NOMBRE DE PAGES : 28

ILLUSTRATIONS : oui, en noir, dessins de C.J.Rivet, hors-texte d’H. Sauvage, 2 photographies hors-texte

RELIURE : agrafé, couverture souple avec une vignette en noir sur le 1er plat et titre en caractères rouges

JAQUETTE : non

SIGNET : non

RHODOÏD : non

PARTICULARITÉS : il a été tiré de cet ouvrage 50 exemplaires sur papier d’Arches numérotés de 1 à 50 et signés ; 450 exemplaire ssur vélin bouffant ; un des 450 exemplaires

ÉTAT : bon état, couverture légèrement savetée, intérieur très propre, une petite déchirure en marge verticale n’atteignant pas le texte et sans manque page 12-13

THÈMES : régionalisme, Blois,  Région Centre, département du Loir-et-Cher,patrimoine, monuments historiques, religion, églises, cloîtres

 

REPÈRES

 

 

En août 1515, les marguilliers de Saint-Saturnin échangent avec les religieux de Bourgmoyen un terrain dépendant d'une maison et d'un jeu de paume situé à l'ouest de l'église, puis en 1516, un autre terrain voisin, à François Rondeau,ces terrains devant servir à agrandir l'ancien cimetière situé au sud.

La construction de ce nouveau cimetière à galeries, du type de l'aître de Saint-Maclou à Rouen, doit se placer au tout début du règne de François 1er, si l'on en juge par le style des chapiteaux de la galerie sud et particulièrement par la salamandre sculptée sur l'un d'entre eux.

Désaffecté pendant la Révolution, il devient propriété de l'hôpital général de Vienne qui y installe une buanderie.

En 1934, il est restauré et aménagé pour abriter le musée lapidaire de la ville.

En 1980, le puits qui se trouvait au milieu de l'espace central est placé dans l'ancienne cour du couvent des jacobins, transformée alors en jardin.