Err

Le Corrège Les dessins Di Giampaolo Muzzi Monographie

(Code: LECORREGEDESSINS)
55,00 EUR
Ajouter au Panier
Le Corrège Les dessins Di Giampaolo Muzzi Monographie

TITRE : Le Corrège Les dessins

AUTEUR(S) : Mario di Giampaolo et Andrea Muzzi ; préface de Frederico Zeri

ÉDITEUR : Umberto Allemandi

COLLECTION : Archives d’Histoire de l’Art – Les Grands Livres

ANNÉE : sans date

FORMAT : 24 cm x 32 cm

NOMBRE DE TOMES : 1

NOMBRE DE PAGES : non paginé (252 pages)

ILLUSTRATIONS : oui, 99 dessins (dont 7 inédits) couleurs hors-texte et en noir, au total 121 illustrations

RELIURE : cartonnée couleur, pages de garde couleur, tranchefile

JAQUETTE : oui,illustrée couleurs

SIGNET : non

RHODOÏD : oui

ÉTAT : bon état, propre et solide, petites taches sur la tranche supérieure

THÈMES : arts, dessins, Italie, catalogue raisonné, monographie,  historiographie, Renaissance

 

SUR LE LIVRE

 

Chaque dessin présenté fait l’objet d’une notice (lieux, dimensions, type, référence bibliographique, commentaires).

 

Antonio Allegri da Correggio, dit Il Correggio, en français Le Corrège, né à Correggio, aux alentours de 1489, et mort le 5 mars 1534 dans la même ville, est l’un des grands peintres de la Renaissance de l'École de Parme.

 

Antonio Allegri est né à Correggio, petite bourgade située près de Parme dans la région actuelle d'Émilie-Romagne. Aussi fut-il appelé Il Correggio (en français Le Corrège ou tout simplement Corrège). Sa date de naissance n'est pas connue et on ne possède que quelques contrats et documents d'archives pour reconstituer son parcours. Il est le fils de Pelegrino Allegri, marchand de drap de Correggio, et de Bernardina Piazzoli Aramani. La famille vivait dans une aisance relative qui permit à Antonio de recevoir une éducation très supérieure à la moyenne de l'époque. C'est au contact de son oncle, le peintre Lorenzo Allegri, mort en 1527, qu'il prit goût à la peinture. Il fut probablement, vers 1500, l'élève d'Antonio Bartolotti, peintre de la région de Correggio, puis de Francesco Bianchi Ferrari, peintre de Modène.

 

En 1511, il quitte Correggio pour Mantoue où il travaille peut-être avec Lorenzo Costa (1460-1535) qui était au service d'Isabelle d'Este (1474-1539), épouse du marquis François II de Mantoue (1466-1519) et importante mécène de la Renaissance. Vers 1517-1519, il fait probablement un voyage à Rome.

 

À partir de 1519, Corrège travaille à Parme tout en retournant régulièrement à Correggio. Il commence par réaliser un programme de fresques pour décorer le salon de Giovanna da Piacenza, l'abbesse du couvent bénédictin San Paolo : manteau de la cheminée, voûte. Il s'inspire du style d'Andrea Mantegna qu'il avait pu admirer à Mantoue.

 

Il poursuit avec des fresques dans l'église San Giovanni Evangelista (abside et coupole) puis, de 1526 à 1530, sur le Duomo (coupole) octogonal de la cathédrale de Parme. Simultanément, il peint un grand nombre de tableaux à caractère mythologique ou religieux permettant d'apprécier son évolution stylistique.