Err

Le Miroir de la première guerre mondiale du n° 37 au n° 272

(Code: MIROIR4TOMESRELIES)
150,00 EUR
Ajouter au Panier
Le Miroir de la première guerre mondiale du n° 37 au n° 272

TITRE : Le miroir journal de la guerre 1914-1919

AUTEUR(S) : Charles Brossard

ÉDITEUR : Imprimerie Verdier à Paris

ANNÉE : 1914-1919

FORMAT : 23 cm x 32,5 cm

NOMBRE DE TOMES : 4

NOMBRE DE PAGES : chaque n° contient 16 pages

ILLUSTRATIONS : oui, abondante et riche iconographie : photographies, cartes, portraits, dessins, etc….

RELIURE : reliure moderne pleine toile couleur, pièce de titre, pages de garde marbrées couleur

JAQUETTE : non

SIGNET : non

RHODOÏD : non

ÉTAT : bon état, propre et solide. À noter : quelques pages ont été consolidées par scotchage ; le n° 272  a été largement « réparé », rares déchirures. Je n’ai pas vérifié tous les numéros, peut-être des oublis ?

PARTICULARITÉS : regroupe les numéros relatifs à la première guerre mondiale du n° 37 du dimanche 9 août 1914 au n° 272 du dimanche 9 février 1919. Lourd près de 18 kg hors emballage

THÈMES : anciennes revues, journaux, militaria, première guerre mondiale, WWI, photographies

 

DÉTAIL DES TOMES

 

● TOME 1 : du n° 37 du dimanche 9 août 1914 au n° 109 du dimanche 26 décembre 1915

 

● TOME 2 : du n° 110 du dimanche 2 janvier 1916 au n° 162 du dimanche 31 décembre 1916

 

● TOME 3 : du n° 163 du dimanche 7 janvier 1917 au n° 214 du dimanche 30 décembre 1917

 

● TOME 4 : du n° 215 du dimanche 6 janvier 1918 au 272 du dimanche 9 février 1919

 

À compter du 8 août 1914, après avoir démarré une nouvelle série, Le Miroir passe en régime reportage de guerre : moins de pages (pénurie du papier oblige), illustré seulement de photos (dont beaucoup sont retouchées), pour 25 centimes.

 

Dès le premier mois de la Première Guerre mondiale, il annonce sur sa couverture : «Le Miroir paie n'importe quel prix les documents photographiques relatifs à la guerre, présentant un intérêt particulier » : de fait, il n'hésite pas à montrer des cadavres de soldats, par exemple, la une du 6 décembre 1914 (un Allemand suspendu dans un arbre), ou celle du 8 octobre 1916 (un charnier de civils fusillés découvert sous la paille). Selon Joëlle Beurier, Le Miroir sert durant cette guerre d'organe propagandiste, où « pour dire la guerre, [il faut] recréer sa violence : le choc au service de l’événement ». Il accrédite des soldats-reporters.