Err

Les racines de l'art indien, art et architecture Inde maurya et post-maurya S.P. Gupta

(Code: GUPTARACINESARTINDIENCNRS)
38,00 EUR
Ajouter au Panier
Les racines de l'art indien, art et architecture Inde maurya et post-maurya S.P. Gupta

TITRE : Les racines de l’art indien (époque de formation de l’art et de l’architecture de l’Inde maurya et post-maurya 3èmeet 2ème siècles avant J.C.)

AUTEUR(S) : S.P. Gupta ; traduction de Martine Pierre-Pilon

ÉDITEUR : Centre National de la Recherche Scientifique(CNRS)

ANNÉE : 1990

FORMAT : 21 cm x 27 cm

NOMBRE DE TOMES : 1

NOMBRE DE PAGES : 345 + 104 planches en noir hors-texte en fin d’ouvrage

ILLUSTRATIONS : oui, figures en noir in-texte dans la 1ère partie de l’ouvrage suivi de 104 planches en noir en fin d’ouvrage

RELIURE : cartonnée illustrée, pages de garde couleurs, tranchefile

JAQUETTE : non

SIGNET : non

RHODOÏD : non

ÉTAT : bon état, quelques marques sur la reliure, l’ouvrage est bien solide et peut être manipulé sans crainte.

THÈMES : civilisation, arts, architecture, Inde, Asie

 

L'Inde, au sortir de sa proto-histoire, connaît un premier développement artistique d'envergure au cours des dynasties maurya et sunga.

À partir de 300 avant J.C., la consolidation de l'empire maurya et de sa structure sociale provoque un essor des cités et l'apparition de groupes de commerçants, fort actifs. Cette « urbanisation » s'accompagne d'un approfondissement de la spiritualité bouddhiste à la cour d'Asoka tandis qu'émergent les cultes des nouvelles classes moyennes.

 

Dans ce contexte naît un art monumental et une architecture qui vont privilégier la pierre comme support d'expression. Comment s'est formé cet art ? Quelle est la part des éléments indigènes et celle des «influences étrangères» du Proche-Orient assyrien, de la Perse achéménide ou de l'Orient hellénisé ?

 

Quoiqu'il en soit, hautement sophistiqué, à la fois techniquement et du point de vue de son contenu, cet art maurya, art bouddhique dans son esprit mais non dans ses formes, en d'autres termes cet art universel présente des racines qui selon S.P. Gupta s'enfoncent loin dans le concept indien de dharma qui allie l'harmonie de la vie, et le souci de l'au-delà.

 

Au sommaire (simplifié)

• Introduction

• Les piliers

• Les disques de pierre

• La sculpture et les motifs artistiques

• Les terres cuites

• Les grottes rupestres

• L’architecture

• Les débats et controverses

 

REPÈRES

 

Les Maurya sont une dynastie qui a régné sur une grande partie du sous-continent indien d'environ 321 à 185 av. J.-C. Formé à partir du royaume de Magadha et de la ville de Pataliputra dans la plaine du Gange par Chandragupta, cet État s'est par la suite étendu vers l'ouest en profitant de la retraite des troupes d'Alexandre le Grand, puis, sous les règnes des deux souverains suivants, Bindusâra et Aśoka, vers le sud et l'est du sous-continent, sans jamais pour autant dominer celui-ci dans sa totalité. Ces souverains formèrent ce qui est vu comme le premier grand empire de l'histoire indienne, succédant à une période de division du sous-continent entre plusieurs royaumes rivaux. Pour autant, cette construction politique, dont l'histoire postérieure est quasiment inconnue, ne s'avéra pas durable. L'empire se fragmenta progressivement, et son dernier souverain fut renversé par le fondateur de la dynastie Shunga vers 185av. J.-C.

 

Peu mis en valeur par la tradition indienne, sans doute parce que ses souverains n'étaient pas des tenants de l'hindouisme, l'empire Maurya fut redécouvert par des historiens britanniques et indiens essentiellement à partir de trois sources écrites : l’Arthashastra, un traité politique attribué à Kautilya, qui serait le premier ministre du fondateur de la dynastie ; l’Indica, un compte-rendu du voyage dans l'Inde des débuts des Maurya laissé par un ambassadeur grec du nom de Mégasthène ; la redécouverte et la traduction des édits du roi Aśoka. Pour autant, l'Inde des Maurya demeure très mal connue, en dépit des progrès des recherches archéologiques. Son organisation administrative, sociale et économique reste encore obscure, et les témoignages architecturaux et artistiques de cette période sont peu nombreux.

 

On peut néanmoins déceler un des plus puissants empires de son temps, fondé par des personnalités remarquables, en premier lieu Aśoka qui joua un rôle crucial dans l'expansion du Bouddhisme et professa une idéologie politique originale fondée sur le rejet de la violence. Il est de ce fait devenu une figure importante de l'histoire indienne, le chapiteau du pilier de Sarnath portant l'inscription d'un de ses édits étant choisi pour devenir l'emblème national de l'Inde lors de son indépendance.