Err

Mémoires d'outre tombe Chateaubriand Jean de Bonnot 6/6 romantisme

(Code: BONNOTCHATEAUBRIANDMEMOIRESOUTRETOMBE)
75,00 EUR
Ajouter au Panier
Mémoires d'outre tombe Chateaubriand Jean de Bonnot 6/6 romantisme

TITRE : Mémoires d’outre-tombe

AUTEUR (S) : François-Renévicomte de Chateaubriand

ÉDITEUR : Éditions d’art Jean de Bonnot

ANNÉE D’ÉDITION : 1967-1968

FORMAT: 14 cm x 21 cm (in-octavo)

NOMBRE DE TOMES : 6

NOMBRE DE PAGES :  en moyenne 550 pages par tome

ILLUSTRATIONS : oui, portrait en frontispice de chaque tome, illustrations en noir hors-texte, vignette en tête de chapitre, culs-de-lampe

RELIURE : plein cuir de couleur vieux rose avec décors doré de fleurs et blason sur les 2 plats, tranche supérieure dorée, tranchefile, dos décorés motif floral, pages de garde bleu foncé avec décor à fleurs de lys or

JAQUETTE : non

RHODOÏD : non

SIGNET : oui

ÉTAT : bon état, rares petits frottements de reliure (dont sur la tranche inférieure du 1er plat du tome 6) ; propres et solides

THÈMES : littérature, littérature française, autobiographie, mémoires, collection littéraire

PARTICULARITÉS : ex-libris, texte complet collationné sur l’édition originale, 6/6


SUR LE LIVRE ET SON AUTEUR

 

LE LIVRE

C'est à Rome, vers la fin de 1803,après la mort de Mme de Beaumont, que Chateaubriand conçut pour la première fois l'idée d'écrire les mémoires de sa vie.

C'est un récit autobiographique e thistorique, dont Chateaubriand voulait faire un témoignage posthume, commencé en 1803, rédigé principalement de 1811 à 1822, et achevé de 1830 à 1841.

Dans cette œuvre, il retrace les épisodes principaux de son existence aventureuse, des landes bretonnes aux forêts du nouveau monde, de l'armée des princes en Allemagne à l'exil en Angleterre.

Les Mémoires tiennent aussi un peu du récit autobiographique tel que l'avait pratiqué Jean-Jacques Rousseau. Chateaubriand livre les secrets de son inexplicable cœur, se présentant comme le véritable René, révélant l'origine des sentiments qu'il avait prêtés aux êtres imaginaires de sa création et expliquant comment peu à peu ces personnages furent tirés de ses songes.

Chateaubriand transforme les Mémoires en un discours funèbre appelé à enregistrer de façon privilégiée les changements survenus dans l'histoire : disparition des hommes et des paysages, des croyances, des mœurs et des institutions.

Complaisamment, Chateaubriand visite les cimetières, compte les morts et raconte les agonies, élevant ainsi le temple de la mort à la clarté de ses souvenirs, comme il se l'était promis. Il s'agit aussi d'un poème lyrique dont les sources d'inspiration sont nombreuses: la nature, la mer en particulier, l'amour, la jeunesse.

Un double thème domine, la poésie du souvenir et de la mort. L'immortalité promise par la foi chrétienne ne lui suffit pas : il veut être immortel par sa gloire, dans la mémoire des hommes. C'est également un poème épique car si Chateaubriand n'aime pas Napoléon, il l'admire car il a le sens de la grandeur. Retomber de Bonaparte et de l'empire à ce qui a suivi, c'est tomber de la réalité dans le néant. Il s'annonce très clairvoyant lorsqu'il annonce l'avènement de la démocratie.

 

 

L’AUTEUR

François-René, vicomte de Chateaubriand, né à Saint-Malo le 4 septembre 1768 et mort à Paris le 4 juillet 1848, est un écrivain romantique et homme politique français. Il est considéré comme l'un des précurseurs du romantisme français et un des grands noms de la littérature française en général.

 

Si le rôle politique de Chateaubriand dans la mouvance royaliste au moment du Premier Empire et de la Restauration est resté mineur, il en va tout autrement dans le domaine littéraire où sa place est grande. En effet ses descriptions de la nature et son analyse des sentiments du « moi » en ont fait un modèle pour la génération des écrivains romantiques en France (« Je veux être Chateaubriand ou rien » proclamait le jeune Victor Hugo). Il a aussi, le premier, dans René, ou les Effets des passions (1802) formulé le « vague des passions » qui deviendra un lieu commun du romantisme et fera de René le personnage emblématique de cette sensibilité nouvelle, créée avec une prose ample et rythmée que ses détracteurs qualifieront d'ampoulée.

 

Il participera aussi au goût pour l'exotisme de l'époque en évoquant l'Amérique du Nord où il a voyagé dans Atala (1801) ou Les Natchez (1826) ou encore dans le récit de son voyage en Méditerranée dans Itinéraire de Paris à Jérusalem en 1811.

 

L'œuvre monumentale de Chateaubriand reste les Mémoires d'outre-tombe (posthumes, 1849-1850) dont les premiers livres recréent son enfance et sa formation dans son milieu social de petite noblesse bretonne à Saint-Malo ou à Combourg alors que les livres suivants relèvent davantage du tableau historique des périodes dont il a été le témoin de 1789 à 1841. Ce qui fait de ce texte à la fois un chef-d'œuvre de l'autobiographie romantique et une mine d'informations pour l'historien.