Err

Philosophie de l'art Marie-Dominique Philippe Éditions Universitaires

(Code: PHILIPPEPHILOSOPHIEDELART)
80,00 EUR
Ajouter au Panier
Philosophie de l'art Marie-Dominique Philippe Éditions Universitaires

TITRE : Philosophie de l’art

AUTEUR(S) : Marie-Dominique Philippe

ÉDITEUR : Éditions Universitaires

COLLECTON : Sagesse

ANNÉE : 1991-1994

FORMAT : 15,5 cm x 23,5 cm

NOMBREDE TOMES : 2

NOMBREDE PAGES : 418 et 312

ILLUSTRATIONS : sans

RELIURE : broché, couverture souple avec une illustration en noir

JAQUETTE : non

SIGNET : non

RHODOÏD : non

PARTICULARITÉS: complet de ses 2tomes ; peu courant

ÉTAT : bon état, marques sur la couverture du tome 2 ; propres et solides

THÈMES : essais, arts, philosophie


 

 

SUR LES LIVRES


Marie-Dominique Philippe, né Henri Anne Marie Joseph Philippe le 8 septembre 1912 à Cysoing (Nord) et mort le 26 août 2006 au prieuré de Saint-Jodard (Loire), est un prêtre dominicain français. Il est le frère de Thomas Philippe (1905-1993), lui aussi prêtre dominicain et membre fondateur des communautés de l'Arche auprès de Jean Vanier. Marie-Dominique Philippe est condamné par Rome en 1957 pour complicité envers son frère Thomas Philippe, reconnu coupable d'agressions sexuelles.

 

Fondateur, en 1975, de la communauté Saint-Jean à Fribourg, puis des sœurs contemplatives et des sœurs apostoliques de Saint-Jean, il est également, depuis 1973, le directeur spirituel de la communauté de mère Myriam.

 

Théologien connu, hostile au modernisme dans l'Église catholique depuis les réformes engagées à partir de 1948, le père Philippe est le directeur de conscience d'un certain nombre de personnalités.

 

En 2013, la révélation de ses abus sexuels sur des femmes adultes, perpétrés au sein de la communauté Saint-Jean, provoque un scandale qui met un terme définitif au processus de béatification.

 

TOME 1

 

Comprendre l’art c’est d’abord remonter à la source : la philosophie de l’art commence par une philosophie du faire. Ce premier volume porte plus précisément sur l’analyse philosophique de l’activité artistique, enveloppant tout le « faire » humain.

Après avoir rappelé les diverses esthétiques, l’ouvrage aborde successivement les différentes réalisations et conceptions de l’art, la structure de l’activité, la contemplation, l’inspiration, le choix, le travail, le jugement artistique, l’œuvre et le style.

L’homme a la capacité de transformer le monde physique dans lequel il se trouve pour en faire son œuvre, une œuvre d’homme. Ce faisant, il se transforme lui-même, acquiert progressivement une virtuosité grâce à laquelle il domine d’une manière plus profonde le milieu naturel qui l’entoure pour en faire son milieu.

Au lieu d’être conditionné par le milieu naturel, d’en dépendre, il le dépasse en le transformant. Il se sert alors de l’univers pour lui donner de nouvelles dimensions permettant à ceux qui viendront après lui de s’épanouir plus parfaitement.

 

TOME2

 

L’activité artistique n’a pas seulement pour effet l’œuvre extérieure :elle transforme l’homme pour en faire un artiste. C’est cette transformation de l’homme en artiste, l’enracinement de l’art dans l’homme qui intéressent ici le philosophe toujours en quête d’une connaissance plus profonde de l’être humain.

L’art est bien une perfection pour l’homme, car il réalise en lui une unité typiquement humaine, entre son intelligence, sa volonté, et ce qu’il a de plus qualitatif dans sa sensibilité. Perfection différente des vertus acquises dans l’activité morale ou encore de la finalité découverte dans l’amitié et la contemplation, l’art n’est pas la prudence, l’art ne peut finaliser la personne.

L’art est spirituel mais quelle distinction faire entre l’art sacré, l’art religieux et l’art chrétien ? Le philosophe peut-il hiérarchiser les arts ? L’art ne serait-il pas en définitive la gloire, la manifestation de la personne ?