Err

1913 Eugène Cavaignac Athènes 480-330 Histoire de l’Antiquité Grèce Fontemoing

(Code: CAVAIGNACATHENES1913FONTEMOING)
35,00 EUR
Ajouter au Panier
1913 Eugène Cavaignac Athènes 480-330 Histoire de l’Antiquité Grèce Fontemoing

TITRE : Athènes (480-330)

AUTEUR(S) : Eugène Cavaignac

ÉDITEUR : à Paris, Fontemoing et Cie

COLLECTION : Histoire de l’Antiquité 

ANNÉE : 1913

FORMAT : 15,5 cm x 24 cm

NOMBRE DE TOMES : 1

NOMBRE DE PAGES : XV + 512

ILLUSTRATIONS : oui, une carte dépliante couleurs en fin d’ouvrage (le monde grec vers 480)

RELIURE : demi-reliure à coins soutenue de liserets dorés, pages de garde marbrées couleurs, tranchefile

JAQUETTE : non

SIGNET : non

RHODOÏD : non

ÉTAT : bon état, frottements de reliure, papier jauni d’époque, une partie inférieure de la page 403 a été découpée mais sur la partie sans texte (voir dernière photographie), propre et solide

PARTICULARITÉS :  second volet de L’histoire de l’Antiquité

THÈMES : histoire, Antiquité, Grèce

 

SUR LE LIVRE

 

Au sommaire (simplifié)

 

Le monde ancien vers 480

 

L’empire athénien

La ligue de Délos (480-464) ; Athènes contre Sparte (464-454) ; La paix (455-443) ; L’empire athénien (443-432) ; Athènes et l’art grec ; Pylos et Mantinée (435-415) ; Syracuse (466-413) ; La fin d’Athènes (413-403) ; La démocratie athénienne ; Athènes et la science grecque ; L’éducation attique

 

La fin de la cité grecque

La Grèce après la guerre du Péloponnèse (les mercenaires ; 401) ; Sparte et Syracuse (404-386) ; Sparte au temps d’Agésilas (386-378) ; Syracuse au temps de Denys (405-367) ; Leuctres (371) ; L’anarchie en Orient (371-356) ; L’anarchie en Grèce (371-350) ; L’anarchie en Occident (367-350) ; La fin de la Cité grecque (Platon et Aristote) ; Les Celtes

 

Les puissances nouvelles

Okhos et Philippe (346) ; Chéronée (338) ; Gaugamèles (331) ; La Macédoine ; Carthage ; Les peuples d’Italie ; Rome et Capoue ; La civilisation grecque au siècle d’Aristote

 

 

Eugène Cavaignac, né le 19 août 1876 au Havre et mort le 11 janvier 1969 à Paris, est un historien français.

Eugène Cavaignac est le fils de Godefroy Cavaignac (1853-1905), ministre de la Guerre en 1898-1899, à un tournant important de l'Affaire Dreyfus, et le petit-fils du général Eugène Cavaignac (1802-1857).

 

Ancien membre de l'École française d'Athènes (1903-1905), il enseigne l'histoire ancienne à l'Université de Strasbourg, où il a comme collègues André Piganiol et Marc Bloch. Avec l'orientaliste Louis Delaporte (1874-1944),il est l'un des premiers savants français à s'intéresser à la langue hittite, récemment déchiffrée, et participe à la fondation de la Revue hittite et asianique, dont la première livraison parut en 1932. Après la mort de Delaporte, c'est lui qui assure, jusqu'en 1959, l'enseignement du hittite à l'Institut catholique de Paris.

 

Acquis au nationalisme de droite comme son père, il est dans sa jeunesse proche de l'Action française : c'est la Nouvelle Librairie Nationale, l'un des organes de propagande de cette dernière, qui publia en 1910 son Esquisse d'une histoire de France (ouvrage couronné par le prix d'histoire que décerne pour la première fois cette année l'Institut d'Action française du maurrassien Louis Dimier), et son roman Le Silène (1925)sera préfacé par Charles Maurras lui-même.