Err

Emile Marco de Saint-Hilaire Histoire de la Garde Impériale Napoléon 1er empire militaria

(Code: EMILEMARCOSAINTHILAIREGARDEIMPERIALE)
120,00 EUR
Ajouter au Panier
Emile Marco de Saint-Hilaire Histoire de la Garde Impériale Napoléon 1er empire militaria

TITRE : Histoire anecdotique, politique et militaire de la Garde Impériale

AUTEUR(S) : Émile Marco de Saint-Pierre

ÉDITEUR : Le livre chez vous

ANNÉE : 2001

FORMAT : 21 cm x 29,5 cm

NOMBREDE TOMES : 1

NOMBREDE PAGES : 493

ILLUSTRATIONS : oui, en couleurs et noir, in et hors-texte. Illustrations de H. Bellangé, E. Lamy, de Moraine, Ch. Vernier et amplifiée des illustrations de Chelminski, Durpray, Grammont, Rouffet, Vallet, Orange. Musique de marches et fanfares transcrites par Alexander Goria

RELIURE : toilée, tranchefile

JAQUETTE : oui, illustrée couleurs

SIGNET : non

RHODOÏD : non

ÉTAT : NEUF SOUS CELLOPHANE 

PARTICULARITÉS réédition de l’ouvrage paru en 1847

THÈMES : histoire, militaria, 1er empire, Napoléon

 

« C’était une colonne de granit » (paroles du 1erConsul dans son rapport de la bataille de Marengo au Gouvernement, le 27 prairial an VII)

 

SUR L’AUTEUR

Émile Marco de Saint-Hilaire, de son vrai nom Émile-Marc Hilaire (mai 1796 Versailles- novembre 1887) est un écrivain et feuilletoniste français du 19ème siècle.

Son père Antoine-Denis est huissier ordinaire de la chambre du roi Louis XVI et témoigne en faveur de Naundorff. Sa mère est d’abord au service de Madame Victoire, puis première femme de chambre de Joséphine.

 

En 1822 il publie Réclamation adressée à S. E. M. Delavau, préfet de police, par Modeste Agnès, patentée, exerçant au Palais-Royal, puis en 1827 une série de guides destinés aux Dandys imprimée par Balzac comme L’art de payer ses dettes et de satisfaire ses créanciers sans débourser un sou, ou L’art de mettre sa cravate de toutes les manières connues et usitées, enseigné et démontré en 16 leçons.

 

En 1828, il publie en collaboration avec un certain Raban Mémoires d’un forçat ou Vidocq dévoilé puis avec Édouard d'Eliçagaray « Mémoires d’une célèbre courtisane des environs du Palais-Royal en 1833 ».

 

Il entre en relation avec le bourreau Henri Sanson père, avec lequel il a de nombreuses conversations. Les documents ainsi rassemblés sont achetés par l'éditeur Mame qui les confie à Balzac et à L'Héritier de l'Ain. Des deux volumes publiés en 1830, l'essentiel du tome premier est de Balzac ; sa part est moins importante pour le tome second.

 

À partir de 1839 il se fait une spécialité des mémoires ou récits anecdotiques sur l’Empire et à l’épopée napoléonienne. Il connaît un grand succès notamment avec ses Mémoires d’un page à la cour impériale, ce qu’il ne fut jamais. Il fut démasqué par Lorédan Larchey son confrère de la Société des gens de lettres.

 

Il rejoint aussi la mode des physiologies en participant à la rédaction de «Les étrangers à Paris» publié par Charles Warée et écrivant la Physiologie du troupier.

 

Il publie à partir de 1845 un almanach impérial pour les nostalgiques de l'Empire et les vieux grognards

 

Comme feuilletoniste il a travaillé à l'Étoile de la jeunesse, à la Bibliothèque des Feuilletons, au Musée ou Magasin comique de Charles Philipon, à l’Almanach comique, etc.

 


SURLE LIVRE

 

La Garde Impériale, si riche d'événements militaires, qui commence dans les années 1800 et se termine en 1815, c'est-à-dire depuis sa formation, sous la dénomination de Garde consulaire, jusqu'à son licenciement comme Garde Impériale.

 

Dans un aperçu exact et complet, l'auteur de cette histoire commence par mettre sous les yeux du lecteur une peinture fidèle du caractère, des mœurs et des habitudes des soldats de la Garde. Il passe ensuite à l'origine et à la formation de cette troupe d'élite, en indiquant son mode de recrutement et d'avancement ; son administration intérieure, ses privilèges et ses attributions auprès de la personne de l'Empereur ; sa solde et ses indemnités sur le pied de guerre et sur le pied de paix ; sa discipline et son casernement ; sa force numérique et successive aux diverses phases de l'Empire, par armes distinctes. Puis, pour parler aux yeux en même temps qu'à l'esprit, M. Emile Marco de Saint-Hilaire a formulé des tableaux synoptiques et partiels dans lesquels sont inscrits les noms de tous les officiers de chaque régiment de la Garde, avec l'indication de leur grade et de leur rang d'ancienneté, depuis le colonel jusqu'au dernier lieutenant. En outre, il a reproduit le texte des décrets, des ordonnances et des lettres de service ; le modèle des brevets de nomination aux emplois, de décoration et de dotation ; la copie des titres de noblesse, ainsi que celle des ordres du jour relatifs à la Garde.

 

L'auteur a fait suivre ces intéressants documents, puisés à des sources authentiques et officielles, d'un résumé historique des campagnes auxquelles les corps de la Garde (jeune et vieille) ont pris une part active, et il a terminé ce résumé par la nomenclature de cette poignée de héros qui suivirent Napoléon à l'île d'Elbe, et qui revinrent avec lui pour mourir à Waterloo.

 

Pour rendre ce travail aussi complet que possible, Emile Marco de Saint-Hilaire a cru devoir placer à la fin de son œuvre quelques-unes des fanfares et des marches militaires écrites dans les temps pour la Garde.