Err

Tiger Le bataillon de chars lourds de la Leibstandarte Album historique Heimdal Patrick Agte

(Code: TIGERHEIMDAL)
150,00 EUR
Ajouter au Panier
Tiger Le bataillon de chars lourds de la Leibstandarte Album historique Heimdal Patrick Agte

ALBUM HISTORIQUE

 

TIGER

 

Le bataillon de chars lourds de la Leibstandarte

Front de l’est – Normandie – Ardennes- Hongrie

 

Éditions Heimdal

Patrick Agte

Année 1996 - 448 pages – format 21x30 – tranchefile – abondante iconographie (photos, cartes, organigrammes).

Informations sur les matériels et témoignages.

 

État : NEUF SOUS BLISTER 

Thèmes : militaria ; seconde guerre mondiale ;WWII ; Allemagne ; cavalerie ; matériel militaire

Particularités : épuisé chez l’éditeur 

 

Repères

 

À partir du noyau des 117 hommes ayant constitué la Stabswache en 1933, la Leibstandarte, la garde personnelle de Hitler, deviendra un régiment motorisé d’élite, puis une brigade et une division. Elle s’illustrera en Pologne, à l’Ouest, et obtiendra sa première notoriété militaire dans les Balkans, où s’illustrera tout particulièrement Kurt Meyer. Ce seront ensuite les combats sur le front de l’Est, en pointe de victoires étonnantes. Puis, à partir de 1943, elle continue de participer à de grandes batailles, à Charkow et à Koursk. Elle désarme ensuite l’armée italienne, combat en Normandie, dans les Ardennes puis dans les dernières batailles en Hongrie et même à Berlin pour certains de ses éléments.

 

Le Tiger I (Tigre I), abréviation de Panzerkampfwagen VI Tiger Ausführung E - Sonderkraftfahrzeug181, est un char de combat lourd allemand, en service de 1942 à 1945. C'est l'un des chars les plus connus de la Seconde Guerre mondiale.

 

Bien qu'il n'ait été que très peu produit par rapport au T-34 soviétique ou au M4 Sherman américain, ce sont ses dimensions, ses lignes très carrées, sa résistance au combat, sa puissance, ainsi que les équipages expérimentés l'ayant mené au feu qui ont marqué les esprits, notamment du fait de la propagande allemande.

 

Le développement du Tiger commence en 1937 et, quand il apparaît pour la première fois sur le front le 29 août 1942, près de Léningrad, il est alors le char le plus avancé techniquement (à l’exception du blindage vertical, rappelant son origine remontant à l'entre-deux-guerres), le mieux protégé et le plus puissant aligné par l'Axe. Il affiche une mobilité limitée, mais exceptionnelle pour un engin qui fait plus de deux fois le poids de ses prédécesseurs et de la majorité de ses adversaires chenillés. Mais ce char lourd a pâti tout au long de sa carrière d'une mécanique très fragile, réduisant considérablement sa disponibilité au feu, et qui, avec sa faible autonomie et son poids excessif, a compliqué sa mise en œuvre opérationnelle.

 

Chaque Panzer-Division devait recevoir un bataillon de Tiger mais, en raison de l'insuffisance de sa production, ces bataillons seront affectés en fonction des besoins du front, sans lien organique définitif. Seules quelques divisions seront effectivement dotées de ce char lourd, sans pouvoir former plus d'une compagnie. Le Tiger I combat ainsi sur tous les fronts en Tunisie et en Europe jusqu'à la capitulation allemande.

 

Mille trois cent cinquante exemplaires ont été assemblés jusqu'à l'été 1944 lorsqu'il est remplacé en production par son successeur, le Tiger II, qui s'en distingue nettement avec ses blindages inclinés.