Err

1783 Coyer La noblesse commerçante Chinki Lettre au docteur Maty

(Code: COYERNOBLESSECOMMERCANTE)
150,00 EUR
Ajouter au Panier
1783 Coyer La noblesse commerçante Chinki Lettre au docteur Maty

TITRE : La noblesse commerçante ; Chinki histoire cochinchinoise ; épître d’Héloïse à Abailard ; lettre au docteur Maty

AUTEUR(S) : Abbé Coyer, des Académies de Nancy, de Rome et de Londres

ÉDITEUR : chez la Veuve Duchesne Libraire à Paris sur Saint-Jacques au Temple du Goût

COLLECTION : Œuvres complètes de M. l’Abbé Coyer

ANNÉE : 1783

FORMAT : 9,5 cm x 16,5 cm

NOMBRE DE TOMES : 1

NOMBRE DE PAGES : 527

ILLUSTRATIONS : culs-de-lampe

RELIURE : d’époque,dos à 5 nerfs décoré, pages de garde marbrées couleurs, encadrement par filets dorés sur les plats, tranches couleur bleue

JAQUETTE : non

SIGNET : oui

RHODOÏD : non

ÉTAT : correct, frottements de reliure, coiffes manquantes, solide

PARTICULARITÉS : tome 2 des oeuvres

THÈMES : histoire, économie, livres anciens, littérature, droit, commerce

 

 

SUR LE LIVRE 

 

La première partie est consacrée à la Noblesse commerçante (de la page 1 à 352).

Après une approche générale et historique, une partie est consacrée au développement et défense du système de la noblesse commerçante (les grandes entreprises de commerce peuvent-elles convenir aux monarchies ?  ;une noblesse commerçante peut-elle se combiner avec les constitutions de la monarchie française ? ; l’esprit guerrier peut-il subsister dans une même nation avec l’esprit de commerce ? ; notre commerce n’est-il point arrivé au terme où il doit s’arrêter ? ; la noblesse qui manque de fortune a-t-elle des facultés pour le commerce ? où l’on examine si les autres projets que l’on forme pour tirer la noblesse de l’oisiveté et de l’infortune frapperont au but)

 

La deuxième partie est intitulée « Chinki, histoire cochinchinoise qui peut servir à d’autres pays » (de la page 355 à 431)

 

La troisième partie : épître d’Héloïse à Abailard, traduit de l’anglais de M.Pope (de la page 432 à 450)

 

La dernière partie : lettre au docteur Maty, secrétaire de la Société Royale de Londres, sur les Géants Patagons