Err

19ème Revue des deux mondes reliés années 1862-64-65-66-67-69

(Code: REVUEDESDEUXMONDES)
9,00 EUR
Ajouter au Panier
19ème Revue des deux mondes reliés années 1862-64-65-66-67-69

1 TITRE AU CHOIX PARMI LA LISTE CI-DESSOUS

 

TITRE : La revue des deux mondes

AUTEUR(S) : collectif

ÉDITEUR : Bureau de la revue des deux mondes 20 rue Saint-Benoit à Paris

ANNÉE : voir ci-dessous

FORMAT : 14,5 cm x 23 cm

NOMBRE DE PAGES : en moyenne 500 par tome

ILLUSTRATIONS : sans

RELIURE : demi-reliure, titre année et mois en caractères dorés sur le dos, dos à 4 nerfs, pages de garde marbrées couleurs, tranchefile

JAQUETTE : non

SIGNET : non

RHODOÏD : non

ÉTAT : état correct (généralement frottements de reliure, coins frottés et/ou émoussés, rousseurs et/ou taches, etc…), me solliciter préalablement pour plus de détail, ouvrages solides pouvant être manipulés sans crainte.

PARTICULARITÉS : 1 tome au choix

THÈMES : livres anciens, anciennes revues, actualités, politique, économie, arts, histoire, géographie

 

 HISTORIQUE DE LA REVUE

 

Revue des deux Mondes est une revue française mensuelle, doyenne des publications périodiques en France.

 

La Revue des deux Mondes fut fondée le 1er août 1829 par François Buloz pour donner une tribune aux idées en France en relation avec les autres pays d'Europe et avec le continent américain en particulier. Elle est la revue française vivante la plus ancienne en Europe.

 

En 1830,elle absorbe le Journal des Voyages. Dès 1831, François Buloz en devient le rédacteur en chef. Il accueille Alexandre Dumas, Alfred de Vigny, Honoré de Balzac, Sainte-Beuve, Charles Baudelaire, George Sand, Alfred de Musset et de grands noms de la littérature de cette époque, car, à l’origine, c’est la littérature qui domine le contenu de la revue.

 

L'objectif de la revue est de développer l'esprit critique et l'analyse de la vie politique au sens large (mode d'administration, organisation civile et politique, ressources financières, industrielles ou agricoles) en comparant avec ce qui se vit dans le reste du monde. Comme le dit l'éditorial du premier numéro : « voir les mêmes principes diversement compris et appliqués en France et en Angleterre, au Brésil et en Allemagne, sur les bords de la Delaware et sur les rivages de la mer du Sud ». Les deux Mondes sont donc la France et le reste du Monde.

 

Toutefois,la politique, l’économie et les beaux-arts y prendront par la suite une place importante. Libérale jusqu'en 1848, elle amorce ensuite un tournant plus conservateur. Sous le Second Empire, elle est une revue d’opposition. Après la mort en 1877 de Buloz, qui avait soutenu Adolphe Thiers, la revue est dirigée entre autres par Charles Buloz, fils de François, qui y accueille Paul Bourget, puis par Ferdinand Brunetière, critique influent et membre de l’Académie française en 1900, Francis Charmes (Académie française, 1908), René Doumic (Académie française, 1909), André Chaumeix (Académie française, 1930),Claude-Joseph Gignoux de l'Institut.

 

À la fin du XIXe siècle, sous l’influence de Ferdinand Brunetière, la revue soutient l’Église catholique contre les offensives anticléricales. Comme la grande majorité des revues, celle-ci se politise davantage à l'occasion et à partir de l'affaire Dreyfus. En 1945, elle change de titre pour devenir La Revue,littérature, histoire, arts et sciences des Deux Mondes. Puis elle fusionne en 1956 avec le mensuel Hommes et mondes. Devenue mensuelle en 1969, elle prend le nom de Revue mensuelle des Deux Mondes en 1972, pour retrouver son titre d’origine La Revue des Deux Mondes en 1982.

 

La Revue des deux Mondes, aujourd'hui dirigée par l'écrivain et critique littéraire Michel Crépu, compte environ 5 000 abonnés, pour un tirage proche de 8 000 exemplaires. Si Commentaire l'a détrônée comme revue intellectuelle de référence des droites, elle garde un certain rayonnement dans le monde intellectuel, ce dont témoignent les chroniques régulières de son rédacteur en chef au « Masque et la plume » (France Inter).

 

Depuis le 14 mai 2008, deux innovations sont à signaler : elle décerne d'une part un Prix de l'Essai, doté de 10 000 €, dont le premier Lauréat est le byzantiniste Gilbert Dagron, pour son livre Décrire et peindre (Gallimard, 2007) ; d'autre part, elle met peu à peu en ligne l'intégralité de ses articles, depuis la création de la revue.

 

LISTE DES LIVRES DISPONIBLES

 

Les ouvrages sont reliés par mois.

56 tomes disponibles

 

ANNÉES 1862 : 9 TOMES

Janvier ; mai ; juin ; juillet ; août ; septembre ; octobre ; novembre ; décembre

 

ANNÉE 1864 : 10 TOMES

Février ; mars ; avril ; mai ; juin ; juillet ;août ; septembre ; novembre ; décembre

 

ANNÉE 1865 : 9 TOMES

Janvier ; février ; mars ; avril ; mai ; juin ; juillet ; novembre ; décembre

 

ANNÉE 1866 : 11 TOMES

Février ; mars ; avril ; mai ; juin ; juillet ; août ; septembre ; octobre ; novembre; décembre

 

ANNÉE 1867 : 8 TOMES

Janvier ; février ; mars ; juin ; juillet ; août ; septembre ; octobre

 

ANNÉE 1868 : 9 TOMES

Janvier ; février ; mai ; juin ; juillet ; septembre ; octobre ; novembre ; décembre