Err

Aphrodite moeurs antiques Pierre Louys

(Code: APHRODITEPIERRELOUYS)
125,00 EUR
Ajouter au Panier
Aphrodite moeurs antiques Pierre Louys

TITRE : Aphrodite mœurs antiques

AUTEUR(S) : Pierre Louÿs

ÉDITEUR : Albin Michel

COLLECTION : Les grands livres du 20ème siècle

ANNÉE : sans date

FORMAT : 25,5 cm x 33,5 cm 

NOMBRE DE TOMES : 1

NOMBRE DE PAGES 222

ILLUSTRATIONS : oui, ouvrage illustré de 75 dessins originaux par Antoine Calbet, en bandeaux, hors-texte couleurs protégées par serpente légendée, culs-de-lampe

RELIURE : cousu

JAQUETTE : oui, rempliée

SIGNET : non

RHODOÏD : non

PARTICULARITÉS : un des 500 exemplaires sur papier vélin d’Arches à la forme comprenant un état de toutes les compositions,exemplaires n° 122

ÉTAT : bel état, bien solide pouvan têtre manipulé sans crainte, taches sur le dos de la jaquette,

THÈMES : livres illustrés, curiosa, littérature érotique, édition numérotée

 

N’HÉSITEZ PAS À ME SOLLICITER POUR DES INFORMATIONS OU PHOTOGRAPHIES COMPLÉMENTAIRES

 

LES TRACES BLANCHES SUR LES PHOTOGRAPHIES PEUVENT ÊTRE DUES À LA LUMIÈRE ET/OU AU FLASH

 

 

DÉTAILS DU LIVRE

 

Aphrodite est un roman de Pierre Louÿs, paru en 1896.

 

Ce roman de"mœurs antiques" (sous-titre de l'ouvrage), dont le théâtre est Alexandrie, conte l'histoire de la courtisane Chrysis, et de Démétrios, un sculpteur. Galiléenne aux longs cheveux d'or (d'où son surnom grec), Chrysis,fière de son art et de sa beauté, se flatte d'obtenir « du premier venu la plus vile obéissance ». Démétrios, lui, est l'objet d'un véritable culte parmi les femmes de la cité, mais il est las de leur idolâtrie effrénée. Il en est venu à préférer sa statue d'Aphrodite à la reine Bérénice qui en fut le modèle, et dont il est l'amant blasé.

Chrysis est la seule à marquer du mépris au sculpteur. Exaspéré de désir par sa résistance,Démétrios accepte de voler et de commettre un meurtre pour lui procurer les trois objets qu'elle exige en paiement de ses charmes : le miroir d'argent d'une courtisane rivale, le peigne d'ivoire d'une prêtresse égyptienne, et le collier de perles qui orne la statue de la déesse dans le grand temple d'Aphrodite. Après l'accomplissement de ces forfaits, le sculpteur fait un rêve dans lequel Chrysis lui offre la nuit d'amour qu'il désirait.

Celle-ci envient à aimer l'homme qui est allé jusqu'au crime pour elle, mais Démétrios la rejette, son rêve lui suffit. Comme elle insiste, il lui fait jurer - comme elle avait fait avec lui - d'accomplir sa volonté, avant de la lui révéler:porter en public les objets volés. Ce qu'elle fait, exhibant à la foule, sur le Phare d'Alexandrie, les attributs et la nudité d'Aphrodite. Emprisonnée et condamnée, Chrysis boit la ciguë, en présence de Démétrios, indifférent. Il se servira ensuite comme modèle du corps nu de la morte, le faisant poser"dans l'attitude violente où il l'a vu en songe, pour créer d'après le cadavre la statue de la Vie Immortelle".

 

 

SUR L’AUTEUR

 

Pierre Félix Louis dit Pierre Louÿs est un poète et romancier français, né à Gand (Belgique) le 10 décembre 1870 et mort à Paris le 4 juin 1925.

Il est également connu sous les noms de plume Chrysis, Peter Lewys et Pibrac.

 

SUR ANTOINE CALBET


Antoine Calbet, né le 16 août 1860 à Engayrac (Lot-et-Garonne) et mort le 21 août 1942 à Paris, est un peintre, aquarelliste, dessinateur, graveur et illustrateur français.

Formé à l'École des beaux-arts de Montpellier par Édouard-Antoine Marsal (1845-1929) où il apprend le dessin, ce dessinateur et illustrateur, peintre de nus et de scènes galantes est recherché de son vivant.

Antoine Calbet est ensuite admis à l'École des beaux-arts de Paris dans l'atelier d'Alexandre Cabanel (1823-1889). Il fut membre du jury d'admission des Beaux-Arts de 1913 à 1930. Il commence à exposer en 1880 et devient membre dela Société des artistes français. Il fut l'ami de son compatriote de Lot-et-Garonne, le président de la République Armand Fallières, pour lequel il dessinait les menus de ses repas, qui le firent connaître des salons parisiens.

Il illustre des ouvrages de Jean Lorrain, Henri de Régnier, Pierre Louÿs et pour des périodiques comme L'Illustration.

Il signe parfois Antonin Calbet.