Err

Baudelaire les paradis artificiels illustrés par Ingo Avolta de Bonnot

(Code: BAUDELAIREPARADISART)
110,00 EUR
Ajouter au Panier
Baudelaire les paradis artificiels illustrés par Ingo Avolta de Bonnot

TITRE : Les paradis artificiels

AUTEUR(S) : Charles Baudelaire

ÉDITEUR : Éditions d’art Jean de Bonnot

ANNÉE : 1984

FORMAT : 21 cm x 28 cm

NOMBRE DE TOMES : 1

NOMBRE DE PAGES : 245

ILLUSTRATIONS : oui, 271 compositions originales d’Ingo Avolta

RELIURE : plein cuir véritable mouton finissage à la main,  l’or utilisé est titré à 22 carats, superbe reliure argentée avec décors à froid sur le dos et les deux plats, décor doré sur le dos, tranche supérieure dorée, tranchefile, pages de garde de couleur noire

JAQUETTE : non

SIGNET : oui

RHODOÏD : non

ÉTAT : très bel état, irréprochable, ouvrage bien solide pouvant être consulté sans crainte.

PARTICULARITÉS : avec garantie d’authenticité signée par l’éditeur, tirage spécial exemplaire de tête avec signature de l’éditeur et de l’illustrateur

THÈMES : livre illustré, littérature, poésie

 

 

SUR LE LIVRE

 


L’ouvrage est introduit par Françoise Caille.

 

Les Paradis artificiels est un essai de Charles Baudelaire paru en 1860, où le poète traite de la relation entre les drogues et la création poétique. Baudelaire met cependant en question l'intimité du lien qui pourrait exister entre les drogues et le poète, le poète véritable n'ayant pas besoin de drogues pour trouver l'inspiration.

 

L'ouvrage de Baudelaire est structuré en deux parties.

 

La première partie, intitulée Le poème du haschisch,est un essai sur le haschich. Le poète y mêle des observations sur la prise de la drogue par ses amis ainsi que par lui-même avec des passages à vocation pharmacologique, psychologique ou métaphysique. Digressant sur l'opium, il évoque également trois nouvelles d'Edgar Allan Poe, dont il fut le principal traducteur en langue française : Ligeia, Bérénice et Souvenirs de M. Auguste Bedloe.

 

La seconde partie est un commentaire du livre Confessions d'un mangeur d'opium anglais de Thomas de Quincey paru en 1821.Pour l'écriture de cette partie, Baudelaire oscille entre passages traduits,commentaires littéraires, philosophiques et biographiques. À la suite de Quincey, il décrit plusieurs visions provoquées par l'opium, dont une qui met en scène le spectre de Brocken.

 

VOIR DANS MES ANNONCES EN COURS OU À VENIR DE NOMBREUX AUTRES OUVRAGES AUX ÉDITIONS D’ART JEAN DE BONNOT DONT ENTRE AUTRES

 

EN GRAND FORMAT

 

→ La grande bible de Tours 2 tomes

→ Les contes de Hans Christian Andersen

→ Paris il y a cent ans Auguste Vitu

→ Les contes de Jacob et Wilhelm Grimm (exemplaire de tête)

→ Vie des saints Paul Guérin (exemplaire de tête)

→ Grammaire égyptienne Champollion le Jeune (exemplaire de tête)

→ Les cathédrales de France Auguste Rodin (exemplaire de tête)

→ Histoire de ma fuite des prisons de la République de Venise qu’on appelle les plombs Giacomo Casanova (exemplaire de tête)

→ Les heures d’Anne de Bretagne (exemplaire de tête)

→ Le traité de la peinture de Léonard de Vinci

→ Les paradis artificiels Charles Baudelaire (exemplaire de tête)

→ L’éducation sentimentale Gustave Flaubert (exemplaire de tête)

 

EN FORMAT STANDARD

Me transmettre vos recherches