Bouteille en barbotine à liqueur Garnier Enghien les Bains Paris le canard numéro 21

(Code: BOUT0361)

Envoyer à un ami
60,00 EUR
En Stock
Ajouter au Panier
Bouteille en barbotine à liqueur Garnier Enghien les Bains Paris le canard numéro 21

Superbe bouteille ou flacon à liqueur représentant un canard

En faïence (barbotine).

 

Elle servait à commercialiser les produits de la distillerie Garnier à Enghien-les Bains.

 

Elle porte le n° 21 dans la nomenclature Garnier.

 

Fait partie de la série les animaux sauvages.

 

Hauteur totale : 31 cm

 

Multicolore

 

Elle est estampillée.

 

Pièce en bel état

 

Ce modèle a été créé en 1910 avec son pendant le perroquet (également mis en ligne) et exportés vers les États-Unis à partir de 1935. À l’origine la bouteille en forme de canard était destinée à contenir de l’eau, puis de la liqueur pour la maison Garnier (le design est basé sur le premier modèle de 1903).

 

Cette bouteille est identifiée dans le livre de Constance Avery et Al Cembura « Garnier Bottles » aux pages 127 et 147.

 

 

CLIQUEZ SUR LES PHOTOGRAPHIES CI-DESSOUS POUR LES AGRANDIR

 

Bouteille en barbotine à liqueur Garnier Enghien les Bains Paris le canard numéro 21

 

Bouteille en barbotine à liqueur Garnier Enghien les Bains Paris le canard numéro 21

 

Bouteille en barbotine à liqueur Garnier Enghien les Bains Paris le canard numéro 21

 

Bouteille en barbotine à liqueur Garnier Enghien les Bains Paris le canard numéro 21

 

Bouteille en barbotine à liqueur Garnier Enghien les Bains Paris le canard numéro 21

 

Bouteille en barbotine à liqueur Garnier Enghien les Bains Paris le perroquet numéro 22

 

Bouteille en barbotine à liqueur Garnier Enghien les Bains Paris le perroquet numéro 22

 

 

 

 

 

 

 

 

La distillerie Garnier

 

Paul Garnier, né à Noyon (Oise) en 1832, apprend la fabrication des liqueurs chez un distillateur parisien. En 1859, il crée une fabrique de liqueur à Noyon axée tout de suite sur l’exportation, particulièrement en Russie et en Grande-Bretagne. En 1872, il dépose la marque Abricotine et achète la marque Liqueur d’Or. Il transfère son établissement à Enghien-les-Bains, où s’arrêtaient déjà à l’époque de nombreux acheteurs étrangers. Paul Garnier décède en 1886, à l’âge de cinquante-quatre ans. Son dernier acte commercial est la signature, en décembre 1885, d’un contrat confiant à Julius Wile Sons and Co à New York l’exclusivité de vente aux États-Unis des produits Garnier. André Garnier, son fils né en 1863, n’a que vingt-trois ans. Actif et entreprenant, il continue dans la même voie et développe ses ventes aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en Amérique du Sud et dans de nombreux pays étrangers, ainsi qu’en France où il organise la vente dans les départements du nord de la Loire. Il décède en 1908, à quarante-cinq ans.

 

Madame André Garnier, sa veuve, n’a alors que trente-six ans et doit élever quatre jeunes enfants. Néanmoins, elle prend seule la direction de la maison. La guerre de 1914-1918 est un rude choc pour l’entreprise qui perd, avec la Révolution russe, son plus important client et toutes ses créances sur ce pays. La prohibition décrétée aux États-Unis en 1918 ferme momentanément son second marché. En 1919, le mariage d’une de ses trois filles lui procure, en la personne de son gendre, un collaborateur précieux, monsieur Armand Belhomme. L’équilibre de la maison, ébranlé par la Première Guerre mondiale, se rétablit.

 

Paul Garnier, né en 1904, fils unique d’André Garnier, ingénieur de l’École nationale des industries agricoles, entre dans la maison en octobre 1925. En 1929, la S.A.R.L. Distillerie P. Garnier est créée. En août 1939, Armand Belhomme et Paul Garnier étant mobilisés, Madame André Garnier reprend seule la direction des affaires. Son fils retrouve son poste en septembre 1940 et son gendre à sa libération de captivité en 1941. En 1945, Paul Garnier signe un contrat de longue durée avec la société Julius Wile Sons and Co de New York, pour la fabrication sur place de la gamme des liqueurs Garnier. Voyageur infatigable, il développe la vente des liqueurs Garnier sur les cinq continents tout en organisant le réseau de distribution en France. En plus de la gamme traditionnelle de liqueurs, il commercialise ses produits dans des flaconnages très originaux.

 

En octobre 1956, la S.A.R.L. est transformée en Société Anonyme. Paul Garnier est nommé président et Armand Belhomme directeur général. Trois neveux, Jean Belhomme, Bernard Van Vlamertynghe, Michel Garnier, assurent la direction technique et commerciale.

 

En 1969, Michel Garnier est nommé directeur général, en remplacement d’Armand Belhomme qui prend sa retraite. Il s’occupe particulièrement des marchés étrangers. Cette même année il signe un contrat pour l’élaboration des liqueurs Garnier au Mexique. Il dépose la marque Flamborange, nouveau produit pour flamber et aromatiser les mets.

 

En janvier 1974, la Société Bénédictine, dont Paul Garnier est administrateur depuis 1970, prend une participation majoritaire dans le capital de Garnier Liqueurs S.A. En avril 1974, Paul Garnier décède à la suite d’un accident. Il est remplacé à la présidence de la société par monsieur Michel Le Grand, administrateur, directeur général des sociétés Bénédictine et Get. Michel Garnier est confirmé dans ses fonctions de directeur général. Bernard Van Vlamertynghe assure la direction commerciale et Jean Belhomme la direction technique.

 

Début 1975, les services techniques, commerciaux et administratifs sont transférés d’Enghien à Fécamp. La gamme Garnier comprenait des marques et des parfums : Abricotine, Flamborange, Liqueur d’Or, Anisette, Banane, Cacao, Cherry Brandy, Génépi, Marasquin, Noisette, Prunelle, Triple Sec29.