Err

Félicien Rops l'oeuvre gravé érotique

(Code: FELICIENROPS)
60,00 EUR
Ajouter au Panier
Félicien Rops l'oeuvre gravé érotique

TITRE : L’œuvre gravée érotique de Félicien Rops

AUTEUR(S) : préface de Pierre Mac Orlan

ÉDITEUR : Éditions Loempia

ANNÉE : 1986

FORMAT : 21 cm x 30 cm

NOMBRE DE TOMES : 1

NOMBRE DE PAGES : 98

ILLUSTRATIONS : oui, 141 illustrations en noir et une estampe couleur contrecollée pleine page

RELIURE : cartonnée couleur marron,pages de garde illustrées

JAQUETTE : oui, illustrée

SIGNET : sans

RHODOÏD : non

ÉTAT : bon état, tranche supérieure tachée, la tranche verticale du 1er plat a deux marques, ouvrage bien solide pouvant être manipulé sans crainte

THÈMES : livres illustrés, art,dessins, gravure, érotisme, curiosa

 

SUR LE LIVRE

 

Catalogue établi par Jef Meert.

 

Rops n’eut pas à se plaindre de l’impopularité. Le caractère scabreux de quelques-unes de ses productions (les plus puissantes par ailleurs) devait exciter sinon la sympathie, du moins la curiosité. L’inspiration toujours littéraire de son œuvre devrait, sans effort, lui attirer la sympathie souvent enthousiaste des principaux écrivains de sa génération.

 

SUR L’ARTISTE

 

Félicien Rops est un peintre, dessinateur,illustrateur et graveur belge, né à Namur le 7 juillet 1833 et mort à Essonnes (aujourd'hui Corbeil-Essonnes) le 23 août 1898.

 

Félicien Rops est avant tout un dessinateur ; il utilise à sa façon différentes techniques toutes ensemble, les crayons (dont de couleurs), le pastel, la détrempe, la gomme ; les dessins les plus prestigieux sont : « L'Attrapade », « Le Bouge à Matelots »,« La Tentation de saint Antoine », « Pornocratès ».

 

Félicien Rops est également un graveur de talent utilisant les techniques telles que la gravure à plat (la lithographie),la gravure en creux (l'eau-forte, la pointe sèche et l'aquatinte) et la gravure de reproduction (l'héliogravure). Parmi ses gravures les plus connues figurent « La Peine de mort », « L'ordre règne à Varsovie », « La Médaille de Waterloo », « La Buveuse d'absinthe », « La Grève », « Pornokrates » ou « Mors syphilitica ».

 

Rops définit ainsi sa démarche artistique, en maître de la Femme et du Désir :

 

« Je tâche tout bêtement et tout simplement de rendre ce que je sens avec mes nerfs et ce que je vois avec mes yeux, c'est là toute ma théorie artistique. J'ai encore un autre entêtement, c'est celui de vouloir peindre des scènes et des types de ce 19ème siècle, que je trouve très curieux et très intéressant ; les femmes y sont aussi belles qu'à n'importe quelle époque, et les hommes sont toujours les mêmes. De plus, l'amour des jouissances brutales,les préoccupations d'argent, les intérêts mesquins, ont collé sur la plupart des faces de nos contemporains un masque sinistre où l'instinct de la perversité, dont parle Edgar Poe, se lit en lettres majuscules ; tout cela me semble assez amusant et assez caractérisé pour que les artistes de bonne volonté tâchent de rendre la physionomie de leur temps. »