Err

Histoire du petit séminaire de La Chapelle Saint Mesmin Émile Huet

(Code: HUETSEMINAIRELACHAPE)
75,00 EUR
(-33,33%) 50,00 EUR
Ajouter au Panier
Histoire du petit séminaire de La Chapelle Saint Mesmin Émile Huet

TITRE : Histoire du petit séminaire de La Chapelle Saint-Mesmin ; le petit séminaire d’Orléans

AUTEUR(S) : Émile Huet, préface de M. l’Abbé Vié

ÉDITEUR : Paul Pigelet et fils,imprimeurs-éditeurs à Orléans

COLLECTION : un siècle d’éducation chrétienne 1806-1906

ANNÉE : 1913

FORMAT : 17 cm x 25,5 cm

NOMBRE DE TOMES : 1

NOMBRE DE PAGES : XII + 443

ILLUSTRATIONS : oui, en noir, dessins de René Vallette, professeur de dessin, photographies, plans

RELIURE : broché, couverture souple

JAQUETTE : non

SIGNET : non

RHODOÏD : non

PARTICULARITÉS : 2 tableaux dépliants en fin d’ouvrage

ÉTAT : globalement en bon état, couverture savetée, quelques rousseurs, ouvrage solide

THÈMES : histoire, religion,régionalisme, Loiret

 

SUR LE LIVRE

 

Souvenirs d’un rhétoricien de 1866-1867 par Émile Huet, président de l’Association Amicale des Anciens.

 

SUR L’AUTEUR

 

Émile Huet (Paris, 30 janvier 1851 - Orléans, département du Loiret, 12 novembre 1922), un des descendants d'une puissante famille de meuniers originaire d'Étampes, est un avocat, un archéologue et un iconographe français.

 

Émile Huet est inscrit pendant l’année scolaire 1866-1867 en classe de rhétorique au petit séminaire de La Chapelle-Saint-Mesmin. Cette année le marquera profondément. Il sera toujours catholique et royaliste, et on le retrouvera plus tard dans la mouvance de l’Action Française.

 

Après des études de droit, il est nommé juge suppléant à Gien dans le Loiret avant d'exercer la fonction d'avocat à Orléans.

 

En 1874, il commence à s’intéresser à l’iconographie des saints, comme on le voit dans un article publié en 1874, où il enquête sur l’origine d’un préten duportrait de Jeanne d’Arc, avec en passant un intérêt marqué sur l’impact que peut avoir l’imagerie religieuse sur le populaire.

 

En 1883, il est membre de la Société historique et archéologique du Gâtinais.

 

En 1898, il est membre de la Société d’agriculture, sciences, belles-lettres et arts d’Orléans.

 

En 1899, il affiche son appartenance à la Ligue de la patrie française, fondée le31 décembre 1898 dans le cadre de l’Affaire Dreyfus, et rassemblant des antidreyfusards intellectuels et mondains.

 

En 1913, il sera l'auteur de l'imposant ouvrage relatant l'histoire des petits séminaires d'Orléans et de La Chapelle Saint-Mesmin (1806-1906).

 

Il meurt à Orléans le 12 novembre 1922.