Err

Jeanne Champillou l'oeuvre gravé monographie gravures

(Code: JEANNECHAMPILLOUOEUVREGRAVE)
175,00 EUR
(-25,71%) 130,00 EUR
Ajouter au Panier
Jeanne Champillou l'oeuvre gravé monographie gravures

TITRE : Jeanne Champillou l’oeuvre gravé

AUTEUR(S) : sans  mention

ÉDITEUR : « Le Clos de Joye –Jeanne Champillou »

ANNÉE : 1994

FORMAT : 24 cm x 33 cm

NOMBRE DE TOMES : 1

NOMBRE DE PAGES : 331

ILLUSTRATIONS : 398 reproductions en noir, une en frontispice et  une photographie de l’artiste

RELIURE : pleine toile avec une illustration en noir collée au centre du 1er plat, tranchefile

JAQUETTE : non

SIGNET : non

RHODOÏD : non

PARTICULARITÉS : tirage à 1000 exemplaires

ÉTAT : bon état, coin inférieur du 1er plat légèrement marqué, infimes petites taches sur la reliure

THÈMES : monographie, arts, gravures

 

DÉTAIL DU LIVRE

 

Préface d’Éric Mointet (Conservateur en Chef des Musées d’Orléans) ; la vie de Jeanne Champillou ; techniques employées par Jeanne Champillou ; présentation de l’ouvrage ; reproductions de l’œuvre gravé

 

Au sommaire

 

Paysages ; travaux des champs ; la ferme, les animaux, le verger ; la vigne ;marchés, foires, fêtes ; le théâtre, le cirque, les nomades ; Orléans ; la Loire, le Loing, lavoirs, moulins ; églises et vie religieuses ;artistes ; artisans ; travaux domestiques ; personnages pittoresques, portraits ; mères et enfants ; Jeanne Champillou, sa famille ; la guerre ; le cliché verrre ; ex-libris ; table des gravures

 

REPÈRES

 

Jeanne Champillou est une artiste française, musicienne, peintre, graveur et céramiste, née le 4 avril 1897 à Saint-Jean-le-Blanc, dans le Loiret, et morte le 22 mai 1978 à Orléans.

 

L'artiste oriente son œuvre autour de la tradition de l’imagerie populaire dans l'Orléanais. Elle est l'auteure d'objets usuels et décoratifs, de décors architecturaux pour des bâtiments publics, des édifices religieux et des demeures privées.

 

La majeure partie de sa création se trouve dans le Loiret et, dans une moindre mesure, dans les départements limitrophes, en région parisienne, dans le Nord et à l’étranger.

 

Jeanne Champillou nait le 4 avril 1897 à Saint-Jean-le-Blanc, commune située au sud-est d'Orléans. Elle est issue d’une famille de vignerons de l’Orléanais, du côté paternel, et d'artisans menuisiers tourangeaux, du côté maternel.

 

Jeanne suit sa scolarité dans une école dirigée par la communauté religieuse des Sœurs de Saint-Denis-en-Val (commune limitrophe de Saint-Jean-le-Blanc). En 1904, la France et le Vatican rompent leurs relations diplomatiques dans le contexte de la préparation de la loi de séparation de l'Église et de l'État. L'école où Jeanne est scolarisée est fermée et transférée dans la commune belge de Comines. La famille Champillou choisit d'y placer Jeanne et sa sœur cadette en pension. Jeanne y apprend notamment le piano.

 

Elle obtient son brevet à Lille peu avant la Première Guerre mondiale en 1913.

 

Jeanne perfectionne son apprentissage du piano à son retour dans le Loiret à l’École de musique d’Orléans. Cette compétence lui permet de vivre de leçons particulières de piano données à son domicile à partir de 1916.

 

Malgré son attirance pour le dessin, elle renonce à l’École des Beaux-Arts d'Orléans pour des raisons économiques et entreprend de se former seule.

 

En 1916, elle est initiée à la gravure par Kralicek, un artiste d’origine tchèque blessé de guerre et, dans les années suivantes, elle se perfectionne avec un graveur solognot domicilié à Jouy-le-Potier, Maurice Bastide du Lude, qui lui apprend la technique de l’eau-forte dans son atelier au château du Lude et met sa presse à sa disposition.

 

Pendant les années 1920 et 1930, elle parcourt à bicyclette les campagnes orléanaises, réalisant des portraits de paysans et des scènes de moisson ou de vendange.Elle expose régulièrement à Orléans et grave, au cours de sa vie, plus de 400 planches.

 

Au début de la Seconde Guerre mondiale, Jeanne Champillou s'exile dans la région naturelle de la Sologne à Sennely. Elle regagne sa maison orléanaise lors de l'occupation allemande.

 

En 1947, elle se lance dans la céramique, art qui va désormais occuper l'essentiel de son temps. Elle ouvre à cet effet l'atelier du Clos de Joÿe dans le faubourg Bannier à Orléans avec Aimé Henry, un décorateur de théâtre avec qui elle collabore durant huit ans.

 

Elle meurt le 22 mai 1978 à Orléans à l'âge de 81 ans.

 

La plupart des œuvres de Jeanne Champillou sont conservées à Orléans. Certaines,cependant, appartiennent à des musées de Paris, Chartres (France) et Milan(Italie).