Err

L'estampe japonaise Images du monde flottant Richard Lane

(Code: LANESTAMPEJAPONAISE)
75,00 EUR
Ajouter au Panier
L'estampe japonaise Images du monde flottant Richard Lane

TITRE :l’estampe japonaise images du monde flottant

AUTEUR(S) :Richard Lane

ÉDITEUR :Office du Livre à Fribourg ; Éditions Vilo à Paris

ANNÉE :1979

FORMAT :24,5 cm x 28 cm

NOMBRE DE TOMES : 1

NOMBRE DE PAGES :370

ILLUSTRATIONS :oui, 43 illustrations en couleurs ; 157 illustrations en noir ; 735 illustrations dans le dictionnaire

RELIURE : pleine toile éditeur de couleur bleue, tranchefile, titre auteur et éditeur en caractères en creux de couleur argent sur le dos, plats muets

JAQUETTE :oui, illustrée couleurs sur le 1er plat de la jaquette

SIGNET :non

RHODOÏD :non

ÉTAT :bel état,  jaquette avec quelques défauts dont dos insolé et petites pliures sur le 2nd retour, un coin légèrement marqué, une tache sur la dernière page d’information de l’édition,  le livre est bien solide et peut-être manipulé sans crainte

THÈMES : livre illustré, arts, Japon, Asie

 

SUR LE LIVRE

 

Avec un catalogue illustré de l’Ukiyo-e.

 

Cet ouvrage est non seulement une histoire complète de l’estampe japonaise du 16ème au 19ème siècle, mais encore le premier dictionnaire illustré paru en langue occidental dédié à cet art.

 

L’amateur, le marchand et le collectionneur trouveront la biographie de tous les artistes s’étant consacrés à l’estampe,avec mention de leur nom de plume, leur signature et les suites les plus importantes de leurs œuvres.

 

Ils retrouveront également des noms d’acteurs de Kabuki intimement liés à cette expression artistique, les noms des montagnes,rivières, fleuves et paysages représentés sur les gravures, ainsi que les courtisanes les plus célèbres immortalisées par les grands maîtres d’Ukiyo-e.


REPÈRES

 

L'ukiyo-e  (terme japonais signifiant « image du monde flottant ») est un mouvement artistique japonais de l'époque d’Edo (1603-1868) comprenant non seulement une peinture populaire et narrative originale, mais aussi et surtout les estampes japonaises gravées sur bois.

 

Après des siècles de déliquescence du pouvoir central suivis de guerres civiles, le Japon connaît à cette époque, avec l'autorité désormais incontestée du shogunat Tokugawa, une ère de paix et de prospérité qui se traduit par la perte d'influence de l'aristocratie militaire des daimyos, et l'émergence d'une bourgeoisie urbaine et marchande. Cette évolution sociale et économique s'accompagne d'un changement des formes artistiques, avec la naissance de l’ukiyo-e et les techniques d'estampe permettant une reproduction sur papier peu coûteuse, bien loin des peintures telles que celles de l'aristocratique Kanō.

 

Les thèmes de l’ukiyo-e sont également tout à fait nouveaux, car ils correspondent aux centres d'intérêt de la bourgeoisie : les jolies femmes et les oiran (courtisanes) célèbres, les shunga (scènes érotiques), le théâtre kabuki et les lutteurs de sumo, les yōkai (créatures fantastiques), les egoyomi (calendriers) et les surimono (cartes de vœux), le spectacle de la nature et des meisho-e (lieux célèbres).

 

Alors qu'il passe au Japon pour vulgaire de par sa valorisation de sujets issus du quotidien et de sa publication de masse liée à la technique d'impression de l'estampe, ce genre connaît à la fin du 19ème siècle un grand succès auprès des Occidentaux. Après l’ouverture forcée par l'attaque des Navires noirs américains et la signature du traité inégal de la Convention de Kanagawa, le pays est forcé d'accepter le commerce avec le monde occidental (États-Unis, Royaume-Uni, France, Pays-Bas et Russie) à partir de 1858. L'arrivée en grande quantité de ces estampes japonaises en Europe et la naissance du japonisme influencent alors fortement la peinture européenne et,en particulier, l'école de Pont-Aven avec Camille Pissaro, Paul Cézanne, Émile Bernard puis Paul Gauguin, et les impressionnistes.