Err

Le livre des 1001 nuits 16 tomes reliés traduction de Mardrus 1899-1904

(Code: 1001NUITSMARDRUSREVUEBLANCHE)
450,00 EUR
(-22,22%) 350,00 EUR
Ajouter au Panier
Le livre des 1001 nuits 16 tomes reliés traduction de Mardrus 1899-1904

TITRE : Le livre des mille et une nuits

AUTEUR(S) : traduction littérale et complète du texte arabe par le  Docteur J.C. Mardrus

ÉDITEUR : Éditions de la Revue Blanche, à Paris, pour les tomes 1 à 11 ; Librairie Charpentier et Fasquelle Eugène Fasquelle éditeur à Paris, pour les tomes 12 à 16

ANNÉE : 1899-1904

FORMAT : 13 cm x 21 cm

NOMBRE DE TOMES : 16

NOMBRE DE PAGES : en moyenne 320 pages par tome

ILLUSTRATIONS : sans

 RELIURE : demi-reliure cuir de couleur fauve, plats cartonnés marbrés couleurs, dos décoré à 4 nerfs avec titre tomaison nom du traducteur en caractères dorés avec un motif au centre,tranchefile, pages de garde dans les tons jaunes

JAQUETTE : non

SIGNET : oui

RHODOÏD : non

ÉTAT : l’ensemble est en bon état, quelques taches de reliure,  ouvrages bien solides pouvant être manipulés sans crainte

PARTICULARITÉS : bien complet de ses 16 tomes ; première édition

THÈMES : littératures, contes

 

SUR LES LIVRES

 

Les Mille et Une Nuits est un recueil anonyme de contes populaires en arabe, d'origine persane et indienne. Il est constitué de nombreux contes enchâssés et de personnages mis en miroir les uns par rapport aux autres.

 

Sur la traduction de Mardrus

 

Ayant connu la traduction remaniée et amoindrie en éléments,le docteur Joseph-Charles Mardrus, ami d'André Gide, publia une nouvelle traduction des Mille et Une Nuits en seize volumes de 1899 à 1904. Dans « À la recherche du temps perdu » de Marcel Proust, le narrateur, par exemple,évoque sa mère qui n'ose le priver de la traduction de Mardrus tout en lui conseillant de s'en tenir à celle de Galland. La version de Mardrus se voulait plus complète que celle de Galland et plus fidèle aux textes arabes. Elle traduit par exemple les poèmes présents, fort nombreux, et qui étaient absents de la version de Galland.