Le piège des loups les 175 maisons de la Gestapo en France Dominique Sigaud Stock 2012 histoire WWI

(Code: LEPI1287)

Envoyer à un ami
35,00 EUR
En Stock
Ajouter au Panier
Le piège des loups les 175 maisons de la Gestapo en France Dominique Sigaud Stock 2012 histoire WWI

TITRE : Le piège des loups les 175 maisons de la Gestapo en France

 

AUTEUR(S) : Dominique Sigaud

ÉDITEUR : Éditions Stock

ANNÉE : 2012

 

FORMAT : 18 cm x 24 cm

NOMBRE DE TOMES : 1

NOMBRE DE PAGES : 381

 

ILLUSTRATIONS : oui, en noir in texte, photographies, plans, cartes

 

RELIURE : broché, couverture souple illustrée

JAQUETTE : non

SIGNET : non

RHODOÏD : sans

 

ÉTAT : bel état

 

THÈMES : histoire, WWII, seconde guerre mondiale 1939-1945, résistance, occupation

 

 

SUR LE LIVRE 

 

Un hiver à Hendaye. Dominique Sigaud y passe quelques jours pour un atelier d'écriture. L'enseignante lui montre une maison, lui dit : « C'était la Gestapo. »

 

Comment une ville si paisible, au bord de la mer, peut-elle aussi avoir été le refuge de la Gestapo ? D'interrogations en recherches, Dominique Sigaud finira par retrouver les cent soixante-quinze maisons occupées par la Gestapo allemande en France de 1940 à 1945. Ce livre des maisons, c'est l'histoire de la répression SS, des Juifs traqués, des résistants, des déportés, des prisonniers. De ces anciennes chambres d'enfants abritant la réalité des tortures. C'est un hommage à l'humble France combattante. Et la terrible vérité sur ces bourreaux qui s'en sont sortis.

 

Un livre rempli de photos de façades de maisons cossues, de visages des tortionnaires, ainsi que des résistants. Très documentée, une enquête et un rappel nécessaires, une façon de restaurer la mémoire, de rendre justice.

 

Dominique Sigaud dresse l’inventaire des 175 maisons de la Gestapo en France et ainsi que l’écrit Patrick Modiano : « on se dit qu’au moins les lieux gardent une légère empreinte des personnes qui les ont habités1. » S’il s’agit bien d’un relevé systématique de ces maisons, le lecteur, qu’il soit chercheur ou non, familier de la période ou pas, y trouvera bien plus que cela.

 

1 - Il y a d’abord la somme informative. L’auteur retrace dans son chapitre introductif l’histoire de la Gestapo, la police secrète d’État créée par Hermann Goering en 1933. La fusion de différents services aboutira à la création de la Sipo-SD (Sicherheitspolizei : police de sécurité, Sicherheitsdienst : service de sécurité.) Les Français utiliseront le terme générique de Gestapo pour désigner les différentes forces d’occupation et de répression. Cette première partie donne une vision d’ensemble de l’appareil de répression, militaire, administratif et policier, qui forme un maillage très dense sur tout le territoire. L’ouvrage est ensuite organisé en trois grandes sections chronologiques à l’intérieur desquelles sont décrits les 22 régions et 175 postes et antennes du SD-Gestapo et Grenzpolizei, la police des frontières.

 

3 - Mais, cette enquête est bien plus qu’un simple relevé. L’hommage aux résistants, cette armée des ombres inattendue, est le fil rouge autour duquel s’organisent les descriptions : « Je sais », écrit Sigaud, « il me semble essentiel que ce soit bien clair, ce que nous devons aux uns et aux autres, à leur courage. » (p. 37) La diversité de cette armée est très bien restituée. S’y côtoient ceux dont l’Histoire a retenu les noms et les autres : ouvriers, cheminots, enseignants, étudiants, agriculteurs, femmes au foyer, fonctionnaires luttant sur tous les fronts. Leurs actions sont multiples – diffusion de tracts, sabotages, fabrication de faux papiers, aide aux réfractaires, renseignement, sauvetage des Juifs –, au sein de structures plus ou moins organisées. De la résistance civile à la lutte armée, des actions isolées aux maquis, on suit l’évolution et la construction de ce qui s’appellera la Résistance.

 

4 - Ponctué d’extraits d’archives, de circulaires administratives, de propos tenus par les prisonniers et les tortionnaires, le texte tresse en un savant mélange les dire des uns et des autres, retrace les destinées souvent tragiques et restitue la complexité de cette période obscure, l’intrication des liens entre la machine de répression de l’occupant et l’administration française, la cohabitation dans une même aire géographique des délateurs et des résistants. L’auteur n’adopte pas une vision surplombante et donne à voir par bribes la densité de ce temps particulier, le régime de la terreur installé à demeure, l’effroi sous la tranquillité des apparences. En effet, au cœur de cet inventaire méthodique, règnent la douleur et l’effroi qui se sont abattus sur tous ceux qui furent traqués et persécutés : opposants, résistants, Juifs. La torture est aussi omniprésente et l’on ne peut s’empêcher de penser aux voisins de ces maisons qui entendaient les cris des suppliciés. Mais, l’ouvrage questionne aussi notre rapport à la mémoire de ce temps-là, notre faculté et notre désir d’oubli. Dans la plupart des cas, ces maisons cossues ont retrouvé leur vocation première de bâtiments publics ou habitations particulières sans que rien ne vienne indiquer ce qui s’y passa, comme si cet effacement s’inscrivait dans l’ordre naturel des choses. Sans grandiloquence, ni manichéisme, cette recherche minutieuse et sensible des traces nous offre un objet mélancolique. Les photographies des maisons, des résistants, des victimes de la persécution y contribuent, convoquant les disparus. Celles des SS sont là également comme pour nous rappeler que ces maisons, si familières, furent aussi les antichambres des camps. Derrière elles, se profilent donc l’univers concentrationnaire et celui de l’extermination. En les arrachant à l’oubli, dans une démarche poétique, l’auteur de Franz Stangl et moi2 écrit comme au seuil de l’absence la post-mémoire au présent et nous dit : « Passant, souviens toi ! »

 

Source : Témoigner entre histoire et mémoire

 

 

CLIQUEZ SUR LES PHOTOGRAPHIES CI-DESSOUS POUR LES AGRANDIR

 

Le piège des loups les 175 maisons de la Gestapo en France Dominique Sigaud Stock 2012 histoire WWII seconde guerre mondiale 1939-1945 résistance occupation

 

Le piège des loups les 175 maisons de la Gestapo en France Dominique Sigaud Stock 2012 histoire WWII seconde guerre mondiale 1939-1945 résistance occupation

 

Le piège des loups les 175 maisons de la Gestapo en France Dominique Sigaud Stock 2012 histoire WWII seconde guerre mondiale 1939-1945 résistance occupation

 

Le piège des loups les 175 maisons de la Gestapo en France Dominique Sigaud Stock 2012 histoire WWII seconde guerre mondiale 1939-1945 résistance occupation

 

 

22/09/2015

 

Le piège des loups les 175 maisons de la Gestapo en France Dominique Sigaud Stock 2012 histoire WWII seconde guerre mondiale 1939-1945 résistance occupation