Err

Les mémoires du chancelier Prince von Bulöw 4 tomes

(Code: MEMOIRESVONBULOW)
120,00 EUR
Ajouter au Panier
Les mémoires du chancelier Prince von Bulöw 4 tomes

TITRE : Mémoires du Chancelier Prince de Bülow

AUTEUR(S) : Prince de Bülow, traduction d’Henri Bloch et de Paul Roques

ÉDITEUR : Éditions de la Librairie Plon à Paris

ANNÉE : 1931

FORMAT : 13 cm x 21 cm

NOMBRE DE TOMES : 4

NOMBRE DE PAGES : voir détail ci-dessous

ILLUSTRATIONS : oui, gravures hors-texte 

RELIURE : pleine toile de couleur écrue, tranchefile, pièce de titre sur le dos, pages de garde marbrées couleurs,

JAQUETTE : sans

SIGNET : sans

RHODOÏD : sans

PARTICULARITÉS : les couvertures d’origine ont été conservées

ÉTAT : bon état, quelques rousseurs, ouvrages bien solides

THÈMES : histoire, mémoires, récits, politique, Allemagne, empire allemand, Prusse, diplomatie, Guillaume II, Bismarck

 

 

DÉTAIL DES LIVRES

 

TOME 1 : 1897-1902

Le Secrétariat d’État des Affaires Étrangères et les premières années de Chancellerie

16 gravures hors-texte – 494 pages

 

TOME 2 : 1902-1909

Du renouvellement de la Triplice jusqu’à sa démission de Chancelier

16 gravures hors-texte – 525 pages

 

TOME 3 : 1909-1919

La Grande Guerre et la Débâcle

16 gravures hors-texte – 346 pages

 

TOME 4 : 1849-1896

Sa jeunesse et sa carrière de diplomate

20 gravures hors-texte – 527 pages

 

REPÈRES

 

Bernhard Heinrich Martin Karl von Bülow (né le 3 mai 1849 à Klein Flottbek - mort le 28 octobre 1929 à Rome) est un homme d'État allemand ayant occupé plusieurs postes politiques.

 

Issu d'une longue tradition familiale au service de l'État, Bernhard von Bülow est le fils d'un diplomate et d'une fille de grand négociant. Il grandit au cœur des événements politiques de son temps. Son père étant au service du Danemark, il voit de très près les dissensions nationalistes entre Danois et Allemands qui conduisent à la guerre des Duchés de 1864.

 

Secrétaire d'État aux Affaires étrangères (1897-1900), chancelier d'empire (1900-1909), il remporta les élections de 1907 grâce à la formation d'un bloc unissant les conservateurs et les libéraux contre les sociaux-démocrates. Il tenta de s'opposer au rapprochement de la Grande-Bretagne avec la France alliée à la Russie en mettant à profit la défaite de cette dernière dans la guerre russo-japonaise (1905), mais il ne put éviter l'isolement de l'Allemagne à la conférence d'Algésiras (1906). Cependant, il réussit en 1909 à faire reconnaître à la Russie l'annexion de la Bosnie-Herzégovine par l'Autriche. Ayant perdu la confiance de Guillaume II et le soutien des conservateurs, il dut démissionner en 1909.