Err

Livingstone Explorations dans l’intérieur de l’Afrique australe

(Code: LIVINGSTONEAFRIQUEAUSTRALE)
90,00 EUR
Ajouter au Panier
Livingstone Explorations dans l’intérieur de l’Afrique australe

TITRE : Explorations dans l’intérieur de l’Afrique australe

AUTEUR(S) : David Livingstone

ÉDITEUR : Librairie Hachette et Cie à Paris

ANNÉE : 1881 ; nouvelle édition

FORMAT : 15 cm x 24 cm

NOMBRE DE TOMES : 1

NOMBRE DE PAGES : 688

ILLUSTRATIONS : oui, en noir in et hors-texte, une en double page en début d’ouvrage, deux carte dépliantes en fin d’ouvrage

RELIURE : demi-reliure, dos à 4 nerfs avec décors dorés et titre et auteur en caractères dorés, plats percaline rouge, pages de garde marbrées couleurs, tranchefile, indication livre de prix dans une couronne de lauriers en caractères dorés en creux

JAQUETTE : non

SIGNET : non

RHODOÏD : non

PARTICULARITÉS : livre de prix du lycée de Versailles

ÉTAT : bon état, rousseurs sur tranches, cartes avec déchirures mais sans manque, petits frottements de reliure, marques sur 2nd plat au niveau de la tranche verticale et le retour, ouvrage bien solide pouvant être manipulé sans crainte

THÈMES : livres anciens, livres illustrés, voyages, explorations, Afrique, explorateurs

 

SUR LE LIVRE

 

Le titre complet est

 

Explorations dans l’intérieur de l’Afrique australe et voyage à travers le continent de Saint-Paul de Loanda à l’embouchure du Zambèze de 1840 à 1856

 

Ouvrage traduit de l’anglais avec l’autorisation de l’auteur par Mme H. Loreau

 

Ouvrage dédié à Sir Roderick Impey Murchison (président de la Société Royale de géographie, membre correspondant de l’Institut de France, membre des académies de Saint-Pétersbourg, Berlin, Stockolm, Bruxelles, Copenhague, etc …)

 

On trouvera en fin d’ouvrage en appendice la situation des lieux visités par l’auteur.

 

SUR L’AUTEUR

 

David Livingstone (1813-1873) est un médecin, missionnaire protestant et explorateur écossais qui contribua à la fois au développement et à la promotion de l'empire commercial britannique d'une part, à la lutte contre la traite esclavagiste et à l'évangélisation du sud du continent africain d'autre part. Il participa au mouvement d'exploration et de cartographie de l'intérieur du continent africain précédant le « partage de l'Afrique » entre grandes puissances européennes. Il fut notamment le premier Européen à découvrir la vallée du Zambèze et consacra une partie de sa vie à rechercher les sources du Nil.

 

Livingstone fut l'un des héros britanniques les plus populaires et les plus emblématiques de l'époque victorienne. Avec sa volonté d'articuler recension des richesses de l'Afrique dans une perspective commerciale et évangélisation, il correspond à un tournant dans la perspective missionnaire. La haute idée qu'il avait de sa culture d'origine et sa volonté de faire « bénéficier » les Africains des avantages de la civilisation britannique en font un précurseur de l'impérialisme colonial européen qui se déploya après sa mort.

 

Sa« disparition », suivie de l'expédition de Henry Morton Stanley pour le retrouver, ajoutèrent à la glorification et au mythe victorien de cet explorateur majeur de l'Afrique.

 

REPÈRES

 

En 1840, après avoir été ordonné pasteur, il fut envoyé au Cap puis au Protectorat du Bechuanaland, futur Botswana, près du désert du Kalahari par la London Missionary Society. En 1844, à Kuruman, base arrière de ses futures expéditions, il rencontra et épousa en janvier 1845 la fille du missionnaire congrégationaliste Robert Moffat et de Mary Smith (1795-1871), Mary, née le 12 avril 1821 à Griquatown, dans la colonie du Cap (Afrique-du-Sud). Elle voyage aquelque temps avec lui, malgré sa grossesse et les injonctions de sa famille.Ultérieurement, elle revint finalement en Angleterre avec leur enfant.Livingstone était également accompagné dans ses explorations par un groupe de Makololo (en), des Zambéziens. Il maîtrisait leur langue, un dialecte du setswana, ce qui facilita ses explorations dans la mesure où les langues des populations auxquelles il devait être confronté disposaient de grandes similarité savec ce dialecte, notamment le sesotho. Le fait d'utiliser la langue maternelle des populations à qui il s'adressait dans sa prédication de l'Évangile était un principe cardinal de l'explorateur écossais.

 

À partir de 1849, en remontant la rivière Botletle, David Livingstone pensa avoir trouvé la voie d'accès au centre des terres africaines et commença à explorer le centre-sud du continent africain. Il traversa le désert du Kalahari jusqu'au lac Ngami. À partir de 1851-1852, il remonta le Zambèze, dont il établit la cartographie, puis rejoignit la côte atlantique à Luanda en Angola. Après avoir exploré, le premier, la rivière Kasaï, un affluent du Congo, en 1854, et exploré l'Angola, il arriva le 17 novembre 1855 aux chutes du Zambèze, qu'il baptisa du nom de la reine Victoria. Grâce à cette expédition, débutée le 20 septembre 1854, il devint le premier Européen à avoir traversé l'Afrique d'ouest en est, rejoignant l'océan Indien à Quelimane le 20 mai 1856.