Err

Romans picaresques espagnols NFR Gallimard Bibliothèque de la Pléiade

(Code: ROMANSPICARESQUESESPAGNOLSPLEIADE)
28,00 EUR
Ajouter au Panier
Romans picaresques espagnols NFR Gallimard Bibliothèque de la Pléiade

TITRE : Romans picaresques espagnols

ÉDITEUR : NRF Gallimard

COLLECTION : Bibliothèque de la Pléiade, 198èmevolume de la collection

ANNÉE : 1979

FORMAT : 10,5 cm x 17 cm

NOMBRE DE TOMES : 1

NOMBRE DE PAGES : CLCCVIII + 938

ILLUSTRATIONS : sans

RELIURE : pleine peau de couleur marron, pages de garde couleur, filets dorés sur le dos avec pièce de titre, tranchefile, tranche supérieure couleur

JAQUETTE : oui

SIGNET : oui

RHODOÏD : oui

PARTICULARITÉS : sous cartonnage neutre

ÉTAT : bon état, un nom manuscrit sur pré-page de titre, propre et solide

THÈMES : collection littéraire, littérature, Espagne, romans

 

SUR LE LIVRE

 

Le Lazarville de Tormes, le Guzmán d'Alfarache, de Mateo Alemán, et La Vie de L'Aventurier don Pablos de Ségovie de Francisco de Quevedo, sont les trois chefs-d'œuvre du roman picaresque espagnol. Le récit que fait chaque héros de ses «fortunes et adversités» ne se résorbe pas dans une succession d'anecdotes truandières. Bien au contraire, par la vertu de la confession qu'il nous livre, le picaro s'arrache à sa gueuserie pour incarner pleinement, sous le signe d'un déshonneur lucidement assumé, un destin imaginaire.

Jean Canavaggio

 

Édition établie par M. Molho et J.F. Reille

 

Ce volume contient

 

Anonyme: La Vie de Lazare de Tormes.

Mateo Alemán : Le Gueux ou lavie de Guzman d'Alfarache.

Francisco de Quevedo : La Viede l'aventurier Don Pablos de Segovie.

 

On qualifie ordinairement de picaresques un ensemble de romans espagnols qui, sous forme autobiographique, racontent les aventures d'un personnage de basse extraction (le pícaro), sans métier, serviteur aux nombreux maîtres, volontiers vagabond, voleur ou mendiant. Le genre s'ouvre en 1554 par un chef-d'œuvre anonyme : la Vie de Lazarillo de Tormes. Il atteint son sommet dans la Vie de Guzman d'Alfarache de Mateo Alemán (première partie : 1599 ; deuxième partie :1604). Par la suite, de nombreux romans se publient en Espagne, qui ont un pícaro pour héros.

 

Cette littérature a donné lieu hors d'Espagne à de nombreuses imitations : en Allemagne, le Simplicius Simplicissimus, de Grimmelshausen (1668) ; en France, Gil Blas, de Lesage (1715-1735) ; en Angleterre, Moll Flanders de De Foe (1722) et Tom Jones de Fielding (1749) ; au Mexique, El Periquillo Sarniento (1830), de Fernández Lizardi.

 

Aussi bien en Espagne qu'à l'étranger, l'appellation « picaresque » est souvent le produit d'une généralisation abusive, dont l'effet est d'obscurcir les caractères intrinsèques d'un genre restreint à un nombre limité d'ouvrages, tous fondés sur une représentation singulièrement problématique du destin moral de l'homme.

 

Source : universalis