Saumur historique de l’École d’Application de l’Armée Blindé et de la Cavalerie Général M

(Code: SAUM0896)

Envoyer à un ami
50,00 EUR
En Stock
Ajouter au Panier
Saumur historique de l’École d’Application de l’Armée Blindé et de la Cavalerie Général M

TITRE : Saumur historique de l’École d’Application de l’Armée Blindé et de la Cavalerie


AUTEUR(S) : Général Maurice Durosoy


ÉDITEUR : Éditions G.L.D. à Paris


ANNÉE : sans date (1965 selon mes recherches)


FORMAT : 24 cm x 31 cm


NOMBRE DE TOMES : 1


NOMBRE DE PAGES : 160


ILLUSTRATIONS : oui, nombreuses photographies très majoritairement en noir et blanc, in et hors texte, reproductions de documents anciens


RELIURE : cuir de couleur bleue avec titre en caractères dorés sur le dos et un blason doré sur le 1er plat, tranchefile, pages de garde illustrées


JAQUETTE : non


SIGNET : non


RHODOÏD : non


ÉTAT : bon état, un coin frotté, tranche supérieure savetée, taches sur la tranche verticale et sur la marge des 4 dernières pages et la dernière page de garde, ouvrage solide pouvant être manipulé sans crainte.


PARTICULARITÉS : envoi d’auteur (dédicace) : « pour Jacques Michoux ancien volant. Très affectueusement. Maurice Durosoy ».


THÈMES : histoire, militaria, armée, cavalerie, blindés, équitation, dédicace, envoi d'auteur


SUR LE LIVRE


 


Panorama historique très illustré de  l’École d’Application de l’Armée Blindé et de la Cavalerie.


On retrouvera au sommaire


1 – Équitation, cavalerie et arme blindée


2 – Origine de l’École Française d’Équitation


3 – École de Versailles


4 – Équitation militaire au 18ème siècle


5 – Écoles de cavalerie pendant la Révolution et l’Empire


6 – L’École de Cavalerie de Saumur de 1814 à 1870


7 – Trois noms illustres de l’équitation française au 19ème siècle


8 – Jusqu’à l’Année Terrible


9 – École d’Application de Cavalerie 1872-1914


10 – Saumur « Belle Époque »


11 – Saumur avant 1914 et pendant la Grande Guerre


12 – Saumur entre les deux guerres


13 – L’École du Train à Saumur 1928-1940


14 – L’École Vétérinaire à Saumur 1854-1940


15 – Évolution de la Cavalerie


16 – Les « Cadets de Saumur »


17 – L’arme blindée


18 – Tableaux de


a)    Commandants de l’École. Commandants en second.


b)    Instructeurs en chef des exercices militaires ou Directeurs de l’instruction. Écuyers en chef.


c)     Liste nominative des anciens instructeurs tués à l’ennemi. Généraux tués à l’ennemi.


d)    Maréchaux de France issus de la Cavalerie. Généraux ayant commandé une armée. Généraux ayant commandé un corps de Cavalerie ou un corps d’armée.


e)    Écuyers célèbres. Les grands Cavaliers.


f)      Généraux inspecteurs généraux de la Cavalerie. Liste des dernières promotions d’E.O.R.


g)    Association « Saumur » A.N.O.R.A.B.C.


SUR L’AUTEUR


Maurice DUROSOY est un officier général et écrivain français, né en 1898 et décédé en 1988, collaborateur de Lyautey au Maroc et combattant de la Libération.


Né dans une famille de militaires, d'hommes d'Église et de philosophes, Maurice DUROSOY s'engage volontairement à dix­-sept ans dans l'Armée française, en 1915. Après l'armistice, il entre à Saint-Cyr, dans la promotion des Croix de Guerre.


À sa sortie de l'École, il devient officier des Affaires indigènes au Maroc puis chef du bureau politique de la Résidence générale en 1924. C'est alors qu'il devient aide de camp puis chef de cabinet du maréchal Lyautey de 1924 à 1934, qu'il considèrera toute sa vie comme son mentor. Après la mort du Maréchal, il est envoyé en mission à Rio de Janeiro. Puis il rejoint l'Afrique du Nord avec le grade de commandant et fait la campagne de la Libération avec la 1ère Armée française du Rhin et du Danube.


En 1945, il prend la direction de l'École de Saumur. Général de brigade en 1947, il devient directeur du cabinet du maréchal Juin, après quoi il est nommé attaché militaire à Londres et membre du comité militaire de l'O.T.A.N. Il termine sa carrière comme inspecteur général de la Défense intérieure et membre du Conseil supérieur des forces armées.


Il est général de corps d'armée quand il passe en deuxième section. Mais sa retraite n'est pas inactive : il préside le Comité des amitiés africaines. Il est membre de l'Académie des sciences d'outre-mer.


En 1985, il épouse la baronne Simone de BASTARD, propriétaire du château de Hautefort en Dordogne3. Il meurt trois ans plus tard et est inhumé à Hautefort.


02/10/2014