Serge Lifar à l’opéra Thibault de Champrosay Paul Valéry Jean Cocteau édition numérotée de 1

(Code: SERG0283)

Envoyer à un ami
80,00 EUR
(-18,75%) 65,00 EUR
En Stock
Ajouter au Panier
Serge Lifar à l’opéra Thibault de Champrosay Paul Valéry Jean Cocteau édition numérotée de 1

TITRE : Serge Lifar à l’opéra

AUTEUR(S) : défini par Paul Valéry, parlé par Jean Cocteau, vécu par Serge Lifar

ÉDITEUR : Thibault de Champrosay

ANNÉE : 1943

FORMAT : 25 cm x 33 cm

NOMBRE DE TOME : 1

NOMBRE DE PAGES : non paginé

ILLUSTRATIONS : oui, superbes illustrations couleurs hors texte, certaines en double page, croquis de mouvements par L. Pageot-Rousseaux

RELIURE : reliure toilé avec illustration sur le 1er plat ; pages de garde couleur, tranchefile, cartonnage d’emboitage, tranche supérieure de  couleur rouge

JAQUETTE : non

SIGNET : oui

RHODOÏD : non

ÉTAT : très bon état, dos toilé taché, petit début de coupure sur le haut du dos, coins très bien, intérieur très bien

PARTICULARITÉS : édition originale tirée à 1750 exemplaires, un des 950 exemplaires sur vélin aquarelle numérotés de 751 à 1750 (exemplaire n° 1404)

THÈMES : livre ancien, livre illustré, art, édition numérotée, danse

SUR LE LIVRE

Sous ses trois dimensions, cet ouvrage est d’une formule inédite.

En hommage à Serge Lifar et à la danse, il a été entrepris le jour de Noël 1941 par Thibault de Champrosay éditeur à Paris.

Pour cette triple synthèse de la vie du célèbre artiste : le décor, le geste, le drame, les personnalités françaises les plus illustres ont collaboré.

Paul Valéry de l’Académie Française présente l’artiste dans son œuvre.

Jean Cocteau est le récitant.

Serge Liffar sur chaque ballet nous donne une pensée.

L. Pageot-Rousseaux a capté sur le vif les plus belles phases plastiques.

Thibault de Champrosay avec la collaboration de Marcel Santi chef de son atelier de dessin, et de MM. Dupire, O. Jacquelin et Lemaire a composé les évocations picturales des ballets.

Jean Picart le Doux a composé la symbolique couverture, ainsi que la double-page du ballet « Le Chevalier et la Demoiselle ».

On retrouvera les évocations et les ballets suivants :

Les créateurs de Prométhée ; Prélude dominical : L’orchestre en liberté ; Bacchus et Ariane ; Suite de danses ; Divertissement ; Le spectre de la rose ; Sur le Borysthène ; Jeunesse ; Giselle ; Daphnis et Chloé ; La vie de Polichinelle ; Salade ; Prélude à l’après-midi d’un faune ; Le lac des cygnes ; Icare ; Harnasie ; Le roi nu ; David triomphant ; Promenade dans Rome ; Alexandre le Grand ; Oriane et le prince d’amour ; Le cantique des cantiques ; Aeneas ; Adélaïde ; Sylvia ; Le chevalier et la demoiselle ; Entre deux rondes ; Istar ; Joan de Zarissa ; Boléro ; Les animaux modèles ; Le jour ; L’amour sorcier ; Suite en blanc.

Serge Lifar est un danseur, chorégraphe et pédagogue ukrainien, qui obtint la nationalité française, né à Kiev le 2 avril 1904 (date réelle 1905) et mort à Lausanne le 15 décembre 1986.

Il a souvent été décrit comme un danseur d'une grande beauté physique et doté d'une présence rayonnante, l'un des plus importants de sa génération.

Réformateur du mouvement et de la technique de la danse à laquelle il ajouta deux positions de pied, Serge Lifar a été l'un des créateurs qui imposèrent le style néo-classique, terme qu'il employa pour qualifier notamment son ballet Suite en blanc de 1943.

Nommé maître de ballet de l'Opéra de Paris, de 1930 à 1944 et de 1947 à 1958, il s'employa à restaurer le niveau technique du Ballet de l'Opéra de Paris pour en faire, dans les années 30 et jusqu'à aujourd'hui, l'un des meilleurs du monde. Yvette Chauviré, Janine Charrat, Roland Petit ont incontestablement subi son influence.