Err

Yves Coirault l'optique de Saint-Simon

(Code: COIRAULTOPTIQUEDESAINTSIMON)
50,00 EUR
Ajouter au Panier
Yves Coirault l'optique de Saint-Simon

TITRE : L’optique de Saint-Simon

AUTEUR(S) : Yves Coirault

ÉDITEUR : Librairie Armand Colin

ANNÉE : 1965

FORMAT : 15,5 cm x 24 cm

NOMBRE DE TOMES : 1

NOMBRE DE PAGES : 710 + table des matières

ILLUSTRATIONS : oui, une illustration en noir en frontispice

RELIURE : broché, couverture souple

JAQUETTE : non

SIGNET : non

RHODOÏD : non

PARTICULARITÉS : peu courant

ÉTAT : en bon état, ouvrage bien solide pouvant être manipulé sans crainte

THÈMES : histoire, littérature, études littéraires

 

PRÉSENTATION

 

Essai sur les formes de son imagination et de sa sensibilité d’après les « Mémoires »

 

Sans doute l’image d’un grand écrivain n’est-elle jamais vraiment fixée : l’artiste vit d’une vie posthume. Et si l’œuvre porte le sceau de son créateur, elle peut aider à « percer l’épiderme », elle ne permet pas d’élucider pleinement tous les secrets de l’artiste, non plus que de son art. Il reste que cette création sombre, « crépusculaire », que sont les Mémoires de Saint-Simon, nous invite à éclairer de plus près une âme si étrange ; à « feuilleter » encore l’esprit de Saint-Simon, le « repasser » dans notre esprit et nous montrer à nous-mêmes ce qu’il a pour nous-mêmes d’inexplicable.

Il répète complaisamment qu’il raconte ce qu’il a vu, de ses propres yeux vu.Qu’a-t-il pu voir, en vérité, sinon Versailles, l’Espagne, quelques provinces ? Or, rien de plus fréquent dans les Mémoires que les mots « prodige », « monstre» ; lueurs flottantes... Qu’est-ce à dire sinon que l’univers décrit par Saint-Simon est aussi bien l’univers même de Saint-Simon, celui qu’il porte en lui-même ? Et que cet univers, s’il n’est pas le Moi de Saint-Simon, est en quelque manière une réponse à certaines exigences du Moi de Saint-Simon, de son intimité, de son esprit ?

 

Certes,notre vision du monde ne se sépare pas du monde que nous voyons ; mais elle n’est notre vision que par cet éclairage personnel, par cette lumière diffuse,en quelque sorte surnaturelle, où baigne toute chose vue, si concrète soit-elle. Ne serait-ce pas alors un moyen indirect – existe-t-il un « moyen court » ? – d’accéder au plus près du Moi central et illuminant, de Saint-Simon lui-même, qu’une exploration de cet univers saint-simonien dans ce qu’il offre précisément de moins objectif et de plus inaliénable : certain éclairage,certain climat, telle obsédante résonance ? Une semblable approximation est-elle compatible avec certaine rigueur d’analyse, ou convient-il de jouer «musicalement » de l’allusion, des modulations évasives, des prestiges du clair-obscur ? Plutôt que d’un choix, ce livre témoignera de nos incertitudes,ou de notre effort pour nous maintenir dans un état de... disponibilité. Il ne nous siérait point d’affirmer la légitimité d’un tel effort, moins encore de nous méconnaître.

 

On retrouvera au sommaire

 

À LA RECHERCHE DES CONSTANTES DE LA VISION(des esquisses aux portraits ; anecdotes et petits tableaux ; des tableaux d’histoire aux grandes perspectives historiques)

 

LES TENDANCES DÉFORMANTES. ÉTUDE SYSTÉMATIQUE DES ALTÉRATIONS PRIMAIRES ET SECONDAIRES DE L’IMAGE

→ le schématisme de la vision. Les tendances de la vision saint-simonienne selon les diverses catégories optiques (le champ de la vision ; le traitement des formes ; le mouvement ; la profondeur ; la lumière)

→ la vision retrouvée dans le souvenir (la mémoire de Saint-Simon : la richesse de l’image et l’authenticité du souvenir ;les intermittences du souvenir et le cadrage chronologique)

 

DU CÔTÉ DE CLIO : LES DÉMARCHES DE VALIDATION ET DE CONNEXION, OU LES ACCORDS DE LA MÉMOIRE ET DE L’HISTOIRE (le cogito de Saint-Simon : la foi en la véracité de la vision ; la méthode du voyeux : de l’illusion à la vision vraie ; curiosité et causalité ; les problèmes du temps : étalement chronologique et rythme historique)

 

LA VOLONTÉ D’ANNEXION : COSMOLOGIE ET MYTHOLOGIE SAINT-SIMONIENNES ; L’ÉLABORATION ARTISTIQUE DES« MÉMOIRES (les réalités humaines et le schématisme saint-simonien ; la mythologie saint-simonienne : mythes et idéal ; l’élaboration artistique : le monde retrouvé)

 

CONCLUSION (nature et vocation. La« recherche » saint-simonienne)